vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Les artisans en difficulté, ne baissent pas les bras

Publié le

La crise touche tout le monde et les artisans ne sont pas épargnés. Après une période difficile, les ventes reprennent peu à peu. Des expositions sont organisées et un salon est prévu à la fin du mois.

Publié le 03/06/2020 à 14:39 - Mise à jour le 03/06/2020 à 16:09
Lecture 2 minutes

La crise touche tout le monde et les artisans ne sont pas épargnés. Après une période difficile, les ventes reprennent peu à peu. Des expositions sont organisées et un salon est prévu à la fin du mois.

Le salon de la fête des mères devait se tenir du 2 au 6 juin. Mais l’interdiction des rassemblements n’a été levée qu’il y a peu, ne laissant pas beaucoup de temps pour l’organisation et la communication. L’événement a donc été reporté en fin de mois, du 23 au 27 juin.

En attendant, les artisans exposent en ce moment et jusqu’à dimanche sous le fare artisanal de la mairie de Faa’a et celui de Carrefour Punaauia : des bijoux, des vêtements, des paniers, des tifaifai ou encore des massages sont proposés au public.

Pour les artisans, c’est une occasion de reprendre les ventes après une période difficile. Si certains se sont reconvertis et ont fabriqué des masques, beaucoup n’ont rien vendu. « J’ai très mal vécu les presque 3 mois » de confinement, raconte Mama Faura présidente de l’association Artisanat d’art. « J’ai une boutique, j’ai deux employés… C’est comme tout le monde, je me demandais : est-ce que je vais pouvoir les garder ? C’est triste »

Aujourd’hui, Mama Faura se réinvente. « Mes petits-enfants mettent sur Internet, j’ai une amie qui a mis deux petits meubles dans son restaurant pour m’aider… (…) Je suis motivée. »

Elle essaie aussi de créer des bijoux qui plaisent aussi aux jeunes : « Je fais des paniers, il faut faire des choses qui plaisent. (…) Il faut se remettre en question »

Les artisans « sont vraiment à sec, explique Mama Faura. Les agriculteurs sont les premiers à être sortis pour vendre des légumes. Ça on en a besoin. Deux paquets de pota, un punu puatoro, ce sont 6 personnes nourries. Tandis qu’acheter un bijou, le moins cher chez mama Faura, 900 Fcfp, ce sont presque deux paquets de pota. Alors on n’achète pas de bijoux. La situation des artisans est catastrophique. »

L’ouverture des vols internationaux, et donc un potentiel retour des touristes extérieurs est prévu pour juillet mais « il ne faut pas compter dessus » estime l’artisane.

Mama Faura et les autres artisans donnent donc rendez-vous au public au salon prévu en fin de mois. Une manière d’être solidaire des artisans qui font face, eux aussi, à la crise.

Crédit Tahiti Nui Télévision

PRATIQUE

Salon de la fête des mères
Du 23 au 27 juin

Assemblée de la Polynésie

*****

Exposition artisanale
Mairie de Faa’a
Jusqu’à dimanche

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV