mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Le temple Kanti célèbre le Nouvel An chinois

Publié le

Publié le 09/02/2019 à 16:24 - Mise à jour le 09/02/2019 à 16:24
Lecture 2 minutes

C’est une tradition de longue date : la calligraphie des vœux est l’une des activités les plus importantes du jour de l’An chinois. Inscrit sur du papier rouge par Angela Mayer, professeur de Mandarin au collège Anne-Marie Javouhey, chaque vœu exprime une pensée positive.

« La calligraphie a toujours eu du succès car les gens viennent pour demander des messages de bonheur, de prospérité, d’harmonie, de bonne santé » explique Marita Liu Sing, présidente de l’association philanthropique.

Outre l’écriture chinoise, l’association philanthropique proposait également de l’initiation au mah-jong et au souan-pan, le fameux boulier chinois qui sert de calculatrice depuis des millénaires.

Mais ce ne serait pas un vrai jour de l’An chinois sans les spécialités culinaires. Comme à chaque Nouvel An chinois, les femmes de l’association Vahine Porinesia ne manquent d’imagination. L’année dernière, le thé était à l’honneur, et cette année, elles ont proposé un dessert salé à base de taro, de saucisses chinoises et d’épices.

« Nous avons choisi le taro car c’est une plante qui fait beaucoup de rejets et donc plein de petits bébés taro ! Alors pour les Chinois, cela apporte aussi beaucoup de bébés, du bonheur, la richesse et de la prospérité. Tous les plats chinois ont une signification » nous dit Oriane Fong, de l’association Vahine Porinesia 

Pour des saveurs un peu plus sucrées, étaient proposés à la vente dans des petits pots, des biscuits salés et sucrés vegan à base de produits du fenua : taro, ananas, petits pois…

C’est tout autour du grand chapiteau que s’est étalée la richesse culturelle de la communauté chinoise. Une journée rythmée par les chants et danses. Prochain rendez-vous : le défilé des lanternes le samedi 16 février.

Retrouvez ICI   le programme complet des festivités à Tahiti. 

Rédaction web avec Mata Ihorai et Brandy Tevero 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : toujours 60 cas en Polynésie, un nouveau...

Au 22 mai, il n’y a aucun nouveau cas confirmé de Covid-19 dans la population de la Polynésie française. Le bilan reste à 60 cas confirmés cumulés. Les 29 marins de l'Équateur, en transit, sans contact avec la communauté, et qui ont été dépistés positifs, ne s'ajoutent donc pas.

Navire en détresse aux Marquises : le droit à l’assistance médicale...

Le bateau de pêche battant pavillon équatorien avec à son bord 3 cas suspects de Covid-19 est attendu mercredi matin, dans la baie de Haahopu à Nuku Hiva. La prise en charge de ses marins relève de l’aide médicale en mer, inscrite dans la convention internationale d’Hambourg. Le JRCC (Joint Rescue Coordination Centre) coordonne cette opération de sauvetage jusqu’à ce que l’équipage foule la terre ferme.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV