jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Le salon des Beaux Arts explore les fonds marins polynésiens

Publié le

Publié le 05/10/2018 à 14:59 - Mise à jour le 05/10/2018 à 14:59
Lecture 2 minutes

C’est la première fois que la société nationale des beaux-arts (SNBA) invite un photographe sous-marin à y présenter ses œuvres lors de son salon annuel, qui existe depuis 1861. Et pour cette première, elle a choisi le photographe sous-marin Vincent Truchet, qui s’est forgé un regard artistique au fil de ses plongées.

>>> Lire aussi : Vincent Truchet, le photographe de Tikehau primé

Installé depuis 2010 en Polynésie, Vincent Truchet a photographié sous des angles nouveaux la faune sous-marine dans les lagons et les passes des Tuamotu, son terrain de jeu favori : « C’est ici que la vie sous-marine se concentre, attirée par les courants de marée charriant avec eux quantité de nutriments ». L’artiste exposera au Carrousel du Louvre à Paris deux diptyques : le premier avec des gros plans sur un requin, le deuxième consacré à une raie manta. « Que ce type de milieu de l’art s’intéresse enfin à la photographie, c’est gratifiant. Encore plus quand ils s’intéressent à la photographie sous-marine. C’est une belle surprise » déclare Vincent Truchet.

Pour saisir ces instants, le photographe s’immerge des heures et des heures sous la surface. S’il maîtrise la technique, Vincent Truchet s’appuie surtout sur ses connaissances des fonds marins et du comportement de la faune, observée au fil du temps :« J’ai pris la photo de la raie à Tikehau où j’ai vécu pendant six ans. Je plongeais quotidiennement sur un site où il y avait des raies manta qui venaient. J’ai dû passer des milliers d’heures sous l’eau à les observer. Quand elles se font nettoyer la gueule, elles ont la gueule grande ouverte, mais dès qu’elles s’approchent d’un plongeur ou d’un apnéiste, elles la referment. Il fallait donc que je trouve une technique pour qu’elles gardent la gueule ouverte tandis que je m’approchais d’elles ».

>>> Lire aussi : De Tahiti aux Marquises, les Polynésiens se mobilisent pour la protection des lagons

Et de rappeler : « Bien que les photos aient tendance à sublimer la nature, il est important de rappeler que les océans sont en péril. Même en Polynésie française, pays longtemps épargné de son isolement géographique, l’empreinte de l’homme est visible, tant sur les espèces que sur leurs habitats naturels. Paul Waston, fondateur de la Sea Sheperd l’a très bien dit : ‘si l’océan meurt, nous mourrons' ».

Conquis par le bleu de l’océan, Vincent Truchet porte aussi petit à petit son regard sur la faune terrestre. D’ici la fin de l’année, il présentera son travail à Nantes, puis au 22e festival international de la photographie animalière et de nature à Montier-en Der-en novembre, avant d’être au salon des Beaux Arts à Paris en décembre, pour la faune marine cette fois.

 

Rédaction web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV