lundi 6 décembre 2021
A VOIR

|

Le retour de la musique live

Publié le

Depuis le samedi 16 octobre, le couvre-feu est passé à 22 heures et les animations dans les bars et restaurants ont repris. Si danser reste encore interdit, les clients n’ont pas boudé leur plaisir. Les patrons des bars ont mis les moyens pour attirer les clients en proposant des concerts avec des groupes très prisés.

Publié le 17/10/2021 à 19:50 - Mise à jour le 18/10/2021 à 8:57
Lecture 2 minutes

Depuis le samedi 16 octobre, le couvre-feu est passé à 22 heures et les animations dans les bars et restaurants ont repris. Si danser reste encore interdit, les clients n’ont pas boudé leur plaisir. Les patrons des bars ont mis les moyens pour attirer les clients en proposant des concerts avec des groupes très prisés.

La ville de Papeete revit au son des live et le public est ravi d’en profiter. Dans la majeure partie des établissements de la ville, les tables sont toutes réservées et les patrons des restaurants et bars sont heureux de pouvoir relancer leur activité, c’est le cas de Teuira Garbe, manager du Be you: “avant le confinement, on était déjà à 1/5 de notre chiffre d’affaire… depuis la reprise on eu du mal à remonter, mais là je pense qu’avec la reprise des animations nous allons pouvoir remonter le chiffre. Je pense que tout le monde attendait ça, qu’on puisse à nouveau écouter de la bonne musique et donner envie aux gens de ressortir et passer un bon moment”.

Les artistes aussi ont beaucoup souffert de ce second confinement. Si certains ont pu s’en sortir sans trop de mal, d’autres ne vivent que de la musique. “Heureusement que j’ai une prestation au conservatoire, j’ai eu un petit revenu quand même, mais le plus gros de mon revenu ce sont les animations et c’est un grand plaisir de pouvoir reprendre. On voit que ça manque aussi au public et on espère que ça va durer le plus longtemps possible” témoigne Nohorai Temaiana. Pour d’autre comme Maoake Tuahine cela a été plus difficile: “il faut aller chercher à manger aussi, s’il n’y a pas de travail, obligé d’aller à la pêche ou bien de replanter le faaapu (ndlr: potager ou champ) il faut se débrouiller (…) c’est un grand plaisir de pouvoir rechanter et j’espère que tous le monde va bien en profiter et surtout rester quand même vigilant”.

Pour les DJ aussi “ça a été très difficile, certains n’ont pas eu l’aide. On a du faire avec les moyens du bord. Moi je suis aidé par ma mère qui était toujours à côté de moi” explique Tommy Driker.

Le nombre de personne par table est limitée à 8 et les gestes barrières restent de mise. Les animations musicales ont beaucoup manqué. Les clients rencontrés disent qu’ils avaient hâte de retrouver leurs amis pour écouter de la musique en live, que ça fait du bien de pouvoir profiter des animations après le confinement: “on ne peut pas danser, mais c’est déjà une bonne chose d’écouter de la musique live”.

Les propriétaires de ces établissements espèrent qu’il n’y aura pas de 3e vague et donc pas de nouveau confinement. En ces temps de crise sanitaire où de nombreux décès sont à déplorer, la population a besoin de se changer les idées. Et ces animations leur permettent de s’évader un instant.

infos coronavirus