A VOIR

|

Le premier Musée virtuel de Polynésie en ligne l’année prochaine

Publié le

Il fait partie des tout nouveaux porteurs de projets de l'incubateur de start-ups polynésiennes Prism : Guillaume Janoyer s'est lancé, avec sa famille, dans la création d'un musée virtuel polynésien. Le tout premier. Objectif : sauvegarder le patrimoine du fenua.

Publié le 29/10/2022 à 19:00 - Mise à jour le 31/10/2022 à 10:42
Lecture 2 minutes

Il fait partie des tout nouveaux porteurs de projets de l'incubateur de start-ups polynésiennes Prism : Guillaume Janoyer s'est lancé, avec sa famille, dans la création d'un musée virtuel polynésien. Le tout premier. Objectif : sauvegarder le patrimoine du fenua.

La Polynésie recèle de trésors bien souvent peu connus du grand public, des sites historiques qui disparaissent parfois sans laisser de trace…

Pour sauvegarder ce patrimoine, Guillaume et Jacques Janoyer ont mis en place une technologie permettant de “scanner des objets de manière très précise”. Une technique qui permet d’immortaliser les objets, bâtiments, lieux, historiques. “On a voulu amener cette technologie pour servir le patrimoine et permettre à tout un chacun de découvrir toutes les histoires qui existent en Polynésie française”, confie Guillaume.

Pour l’instant, environ une vingtaine d’objets ont été scannés. Les derniers en date : deux canons du navire La Zélée exposés au parc Bougainville à Papeete. Si de nombreuses personnes fréquentent l’endroit, peut savent que ces canons étaient un jour installés à bord de la caonnière commandée par Maxime Destremau. Le navire a coulé en 1914 durant la bataille de Papeete.

“Pour ces deux canons, on a eu l’autorisation de la mairie de Papeete de les digitaliser. Dans ce processus, il y a vraiment deux étapes qui sont importantes : on le scanne. Ça permet de faire une sauvegarde digitale de l’objet. Et dans un deuxième temps, on va faire des recherches historiques avec des acteurs scientifiques, par exemple des archéologues, des historiens, pour essayer de trouver les connaissances, les informations. Et une fois qu’on a toutes ces connaissances là, on va mettre en scène ces canons là pour raconter leur histoire de manière ludique.”

Pour recenser les objets à scanner, la famille Janoyer travaille avec le service du patrimoine et la Maison de la culture, mais elle fait également appel aux particuliers qui auraient chez eux des objets témoins de l’histoire du fenua.

Un site Internet est en préparation et devrait être en ligne en début d’année 2023. Guillaume vient d’intégrer la 7e promotion de l’incubateur de start ups Prism pour donner un coup de boost au projet. Une levée de fonds est également envisagée.

Outre le site internet, des expositions virtuelles et événements immersifs sont envisagés. Un projet culturel à suivre de près.