mardi 11 mai 2021
A VOIR

|

Le parata, symbole des guerriers de Anaa

Publié le

Dans certaines cultures, on les appelle animaux totems ou fétiches, en Polynésie on les appelle Taura. Et chaque famille à son totem. Sur l’atoll de Anaa aux Tuamotu, c’est le requin parata qui a été choisi comme Taura.

Publié le 23/01/2020 à 10:16 - Mise à jour le 24/01/2020 à 16:34
Lecture < 1 min.

Dans certaines cultures, on les appelle animaux totems ou fétiches, en Polynésie on les appelle Taura. Et chaque famille à son totem. Sur l’atoll de Anaa aux Tuamotu, c’est le requin parata qui a été choisi comme Taura.

C’est bien connu : le Paumotu est en contact permanent avec le requin tout au long de sa vie. Entouré de mer dès son enfance, il commence son initiation à sa vie de pêcheur dans le lagon, en face de sa maison. Pour lui, le seigneur des mers est cet animal impressionnant et imprévisible : le parata, aussi appelé requin à pointe blanche océanique (une espèce de grand requin pélagique).

Ce requin était d’ailleurs le symbole d’une communauté de guerriers de l’atoll de Anaa, à l’époque pré-européenne. La réputation des parata de Anaa a fait le tour des Tuamotu. Ces guerriers farouches étaient craints dans tout l’archipel jusqu’aux îles de la Société. Leur arme de prédilection était la lance : le patia fa.

Lire aussi > Attaque à Moorea : le parata, un requin inquisiteur et imprévisible

Encore aujourd’hui, les habitants de Anaa demeurent les meilleurs dans cette discipline. Sûrement un héritage de leurs ancêtres. « C’est une fierté pour nous » déclare Alexander Mataarere, représentant du comité jeunesse sport et culture de Rangiroa.

Mais ce peuple guerrier de Anaa, les Parata, n’existe désormais que dans les livres ou dans les orero de nos enfants. Et malheureusement, le même sort attend le requin parata en voie d’extinction, si les choses continuent ainsi…

infos coronavirus