mercredi 27 mai 2020
A VOIR

|

Le musée de Tahiti et des îles déménage ses objets, petits et grands

Publié le

Publié le 25/11/2018 à 16:15 - Mise à jour le 25/11/2018 à 16:15
Lecture 2 minutes

Chariot élévateur, camion grue, transpalette électrique… Il a fallu sortir les gros moyens pour déplacer les gros objets du musée de Tahiti et des îles, en prévision des travaux de rénovation qui devraient être lancés en début d’année.
 
L’établissement a commencé mi-septembre à déménager ses collections au compte-goutte. Des salles d’exposition permanente, une grande partie des 600 objets exposés rejoindront les étagères de la réserve du musée, quand un petit tiers continuera à satisfaire l’œil du visiteur dans la salle d’exposition temporaire.
 
Depuis une semaine, les choses se sont corsées avec les gros objets, pour lesquels il a fallu faire appel à un prestataire spécialisé. Après la baleinière et les pirogues disposées à l’extérieur la semaine dernière, les spécialistes du déménagement s’attaquent cette semaine aux grosses pierres.
 
« Le plus compliqué à déplacer, c’était un grand tiki en bois, confie Pascal Balthasar, logisticien de l’équipe appelée en renfort. Là, ça s’est fait à la force des bras parce que c’est une pièce particulièrement fragile. Il a fallu huit hommes pour le déplacer. »
 
Alors que les gros bras s’activent tout autour du musée, derrière les portes closes de la réserve, le personnel réalise un travail de fourmi. Il passe en revue les objets déjà déplacés afin de les inventorier, puis de déterminer où ils se reposeront le temps des travaux, qui devraient prendre fin en 2021.
 
Les salles d’exposition permanente seront entièrement détruites et reconstruites, tout comme la salle de conférence et l’accueil. Même les jardins seront repensés. Seule la salle d’exposition temporaire restera telle quelle. Le musée restera ouvert pendant la durée du chantier.
 

Rédaction web avec Esther Parau Cordette et Jeanne Tinorua Tehuritaua

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : toujours 60 cas en Polynésie, un nouveau...

Au 22 mai, il n’y a aucun nouveau cas confirmé de Covid-19 dans la population de la Polynésie française. Le bilan reste à 60 cas confirmés cumulés. Les 29 marins de l'Équateur, en transit, sans contact avec la communauté, et qui ont été dépistés positifs, ne s'ajoutent donc pas.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV