samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Le Maro Ura bientôt de retour à Tahiti

Publié le

Le président Edouard Fritch et le président du musée du quai Branly-Jacques Chirac ont signé, lundi, une convention pour le dépôt au musée de Tahiti et ses îles, du Maro Ura, une ceinture de plumes rouges que seuls les grands chefs polynésiens pouvaient porter autrefois.

Publié le 23/09/2019 à 11:45 - Mise à jour le 24/09/2019 à 15:52
Lecture 2 minutes

Le président Edouard Fritch et le président du musée du quai Branly-Jacques Chirac ont signé, lundi, une convention pour le dépôt au musée de Tahiti et ses îles, du Maro Ura, une ceinture de plumes rouges que seuls les grands chefs polynésiens pouvaient porter autrefois.

Guillaume Alevêque, un jeune chercheur post-doctorant, a fait cette découverte étonnante au musée du quai Branly : « Il s’est aperçu que cette pièce était en fait un fragment du fameux Maro Ura », a indiqué lundi Stéphane Martin, président du musée.

Les liens étroits qui unissent le Quai Branly avec le musée de Tahiti et des îles ont permis qu’un dépôt soit envisagé, formalisé par la signature d’une convention entre le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le président du musée du Quai Branly, Stéphane Martin. Celle-ci porte sur une période de trois ans « bien évidemment renouvelable », a précisé Stéphane Martin puisque, selon lui, « cette pièce a vocation à rester au musée de Tahiti et des îles aussi longtemps que son état de conservation le permettra ». Cette convention a prévu qu’une restauration ait lieu si celle-ci devait s’avérer nécessaire.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Une exposition sera organisée en 2020 pour mettre en lumière « cette histoire assez extraordinaire », dans le cadre du musée de Tahiti et des îles. D’un point de vue général, il a été rappelé que « les musées aiment partager leurs collections ».

Le président Edouard Fritch n’a pas caché son émotion à la vue du Maro Ura : « C’est difficile des traduire les sentiments que l’on peut éprouver quand on découvre ce genre de pièces. On remonte 250 ans en arrière. Il était porté par les chefs polynésiens ». Évoquant le musée du Quai Branly, il a déclaré : « Nous avons de la chance, ce sont des personnes compréhensives. Elles mettent le Maro Ura à la disposition du musée de Tahiti et des îles, et donc à la disposition de la population de Tahiti et ses îles ». Cette pièce remarquable sera rapatriée à Tahiti « dès que les travaux au musée de Tahiti seront achevés », a-t-il souligné, en précisant que cela lui faisait « chaud au cœur ».

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, était aux côtés du président du Pays à l’occasion de cette signature.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le Pays veut introduire une nouvelle plante aromatique et...

Anti-parasitaire, anti-oxydante, anti-virale, anti-microbienne, Artemisia annua est, grâce à la richesse de ses composants, une plante au potentiel considérable aussi bien dans...

Panne informatique à Air Tahiti : 7 vols sur 10...

Une panne du nouveau logiciel d'enregistrement AMADEUS a provoqué de longues files d'attente aujourd'hui à partir de 6 heures 30 à l'aéroport de Tahiti. Les passagers, qui se sont montrés compréhensifs, n'avaient d'autre choix que de prendre leur mal en patience...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV