samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Le kaaku, délice des Marquises, se déguste aussi à Tikehau

Publié le

Le kaaku est une recette marquisienne à base de uru, le fruit de l'arbre à pain, pillé puis mélangé à de l'eau de coco. C’est un plat très apprécié dans l'archipel des Marquises, mais aussi à plus de 1300 km de là… A Tikehau, aux Tuamotu. Le kaaku est préparé par toutes les familles, il semble même être devenu un plat typique de l'atoll.

Publié le 09/10/2019 à 11:56 - Mise à jour le 09/10/2019 à 11:58
Lecture < 1 min.

Le kaaku est une recette marquisienne à base de uru, le fruit de l'arbre à pain, pillé puis mélangé à de l'eau de coco. C’est un plat très apprécié dans l'archipel des Marquises, mais aussi à plus de 1300 km de là… A Tikehau, aux Tuamotu. Le kaaku est préparé par toutes les familles, il semble même être devenu un plat typique de l'atoll.

Le kaaku se prépare avec le fruit de l’arbre à pain. Contrairement à la grande majorité des atolls des Tuamotu, à Tikehau, le uru est présent partout dans le village. C’est pour cette raison, explique Jean-Louis Depierre, propriétaire de pension, qu’en pleine saison, toutes les familles de l’île préparent le kaaku, un plat marquisien : « Tikehau a été envahi par les uru, kava, pistache, mangues, citrons, bananiers… On peut vivre avec ce qu’on a. C’est pour ça que je fais le kaaku. Dans ma famille, on mange beaucoup le kaaku pendant la saison uru. »

Entre septembre et mars, il est habituel de voir du poisson et du uru, griller sur les barbecues de Tikehau. La recette, selon Jean-Louis a un peu évolué, après avoir refroidi le uru à l’eau de mer, la préparation commence. « La plupart des familles mangent le kaaku, la préparation marquisienne. Il faut broyer avec un bois, très polynésien, et avec de l’eau sucrée et après le lait de coco. C’est comme un dessert. Avec le poisson grillé à côté, le pain grillé à côté. »

La saison du uru vient de débuter. A Tikehau, le Kaaku sera sur toutes les tables pendant plusieurs mois.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Essais nucléaires, 54 ans après : une situation « dramatique et...

Ce jeudi 2 juillet marque le 54ème anniversaire du premier tir des essais nucléaires en Polynésie. L’association 193 s’est réunie pour un sit-in devant le haut-commissariat. Une manifestation en mémoire des victimes des essais nucléaires et pour que justice soit rendue.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV