jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Le conservatoire artistique fait sa rentrée

Publié le

Le conservatoire artistique a entamé sa rentrée ce mercredi matin. Jusqu’à vendredi, parents et professeurs se rencontrent dans le respect des mesures barrières. L’épidémie de Covid-19 impose une nouvelle façon d’aborder les cours individuels et collectifs des arts traditionnels ou encore du classique. Et la crise sanitaire laisse planer aussi le doute sur l’organisation des grands événements de l’établissement.

Publié le 19/08/2020 à 16:57 - Mise à jour le 19/08/2020 à 16:57
Lecture 2 minutes

Le conservatoire artistique a entamé sa rentrée ce mercredi matin. Jusqu’à vendredi, parents et professeurs se rencontrent dans le respect des mesures barrières. L’épidémie de Covid-19 impose une nouvelle façon d’aborder les cours individuels et collectifs des arts traditionnels ou encore du classique. Et la crise sanitaire laisse planer aussi le doute sur l’organisation des grands événements de l’établissement.

L’enseignement du conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) séduit toujours autant. Pour cette rentrée, l’établissement a mis en place tout un protocole pour ne pas freiner les inscriptions et rassurer les parents. Gel, mesures de distanciation, les rencontres se font à l’extérieur, dans les jardins.

« C’est une bonne surprise, les parents ont répondu présent à cette rentrée. Je pensais qu’on allait avoir beaucoup moins de monde et finalement beaucoup de parents se sont présentés ce matin, indique Fabien Dinard, le directeur du Fare Upa Rau. Je pense que malgré cette crise, les enfants ont envie de continuer leur passion. Et les enseignants sont tout à fait prêts pour accueillir leurs élèves. »

(crédit photo : Conservatoire artistique de la Polynésie française)

La reprise des cours est fixée au 24 août. Les répétitions d’orchestre ne pourront cependant pas se faire tout de suite. Les règles sanitaires imposent aux professeurs d’avoir une nouvelle approche dans leur enseignement. Pour éviter les contacts sur les instruments, ils vont être les miroirs de leur élèves.

« C’est quelque chose qu’on fait depuis la crise. Avant je prenais l’instrument de l’élève pour lui montrer. Maintenant je suis obligé d’avoir mon propre instrument et l’élève a son instrument », explique Frédéric Rossoni, professeur de basse.

(crédit photo : Conservatoire artistique de la Polynésie française)

Le conservatoire comptait l’an dernier un peu plus de 2.000 élèves. 40% en arts classiques, 60% en arts traditionnels. Les cours de ‘ori tahiti pourront se dérouler avec le mètre de distance grâce aux marquages au sol. Avec une salle d’une capacité de 50 personnes, il faudra peut-être parfois danser en extérieur selon le nombre d’élèves. Mais danseurs et danseuses seront-ils au rendez-vous avec la contrainte du masque en plein effort ?

« L’angoisse vient du masque, dans le sens où lorsqu’on danse, c’est cardio, confie Vaehakaiki Urima, professeur de ‘ori tahiti. Et moi personnellement, en tant qu’enseignante, je m’étouffe. Mais bon, j’essaie de m’y habituer. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour se diversifier, le conservatoire propose aussi de nouveaux ateliers comme la narration dans la section traditionnelle, et l’art du manga pour les dessinateurs qui souhaitent raconter en bande dessinée des légendes polynésiennes.

infos coronavirus