dimanche 17 octobre 2021
A VOIR

|

Le clocher de Takaroa, tout un symbole

Publié le

Sur l'atoll de Takaroa, jusqu'à la fin des années 70, le clocher du temple mormon aidait les habitants à communiquer entre eux. En effet, à l'époque, il était possible d'envoyer des messages aux coprahculteurs basés à plus de 10 kilomètres du village.

Publié le 09/05/2020 à 14:28 - Mise à jour le 09/05/2020 à 15:45
Lecture 2 minutes

Sur l'atoll de Takaroa, jusqu'à la fin des années 70, le clocher du temple mormon aidait les habitants à communiquer entre eux. En effet, à l'époque, il était possible d'envoyer des messages aux coprahculteurs basés à plus de 10 kilomètres du village.

À Takaroa, le temple mormon est la première chose que le voyageur aperçoit en se rapprochant de l’atoll, par avion ou par bateau. Il est l’un des symboles de cet atoll des Tuamotu.

Le clocher de ce monument est visible de partout sur l’atoll, et même depuis le chenal entre Takaroa et Takapoto. “On voit tout de l’atoll, le village, le lagon, la passe. Voilà pourquoi ce clocher était plus qu’important pour les anciens. Ils s’orientaient grâce à la lumière du clocher” explique le guide de l’île.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce monument construit en 1891 et qui dépasse les plus hauts cocotiers de l’atoll, était également un formidable outil pour entrer en communication avec les fameux coprahculteurs nomades qui se déplaçaient tous les six mois autour de Takaroa. Muni d’un miroir, un messager pouvait envoyer des signaux de jour comme de nuit. “Quand il y avait un décès au village, on prévenait les familles au secteur au bout de l’île en utilisant un miroir que l’on faisait briller. En voyant ce signal, les coprahculteurs revenaient tous au village” poursuit le guide.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Et pour avertir la population d’un danger comme un cyclone ou d’un tsunami, on faisait retentir la cloche en continu, cette cloche au son bien particulier, qui provient du 4 mâts County of Roxburgh échoué en 1906 à Takaroa.

Rédigé par

infos coronavirus