dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

« L’appel des îles » de Julien Girardot

Publié le

Un regard de reporter et une passion pour la mer et les îles. Le photographe Julien Girardot expose pour la première à la galerie Winkler. 36 clichés réalisés ces dix dernières années, au fil des rencontres et des voyages.

Publié le 12/06/2020 à 15:35 - Mise à jour le 12/06/2020 à 16:09
Lecture 3 minutes

Un regard de reporter et une passion pour la mer et les îles. Le photographe Julien Girardot expose pour la première à la galerie Winkler. 36 clichés réalisés ces dix dernières années, au fil des rencontres et des voyages.

Ce fils de peintre qui a une formation de graphiste à la base et natif de Saint-Malo en Bretagne, a répondu à l’appel du large pour voguer sur les océans et capturer des images d’une île à l’autre. Julien Girardot a découvert la Polynésie il y a dix ans maintenant, à bord de la goélette d’exploration Tara Océan où il était « cuistographe ». Il arrive ainsi en bateau et découvre les Gambier et les Marquises, un coup de cœur : « Hiva Oa est une île qui m’a beaucoup marqué, j’y ai habité 6 mois, j’ai appris à faire du cheval ».

Le photographe autodidacte multiplie les découvertes et les rencontres. L’escale polynésienne est un tournant. Il s’installe au fenua en 2011. Fakarava et Hiva Oa seront des terres d’accueil pour réaliser avec les habitants de ces îles isolées des projets photographiques afin d’« amener un témoignage d’une tradition qui peut disparaître parfois » confie-t-il.

Chaque photo de Julien Girardot raconte une rencontre, une histoire, qu’il a vécu en passant « un maximum de temps avec les gens pour mieux comprendre leur quotidien, leurs traditions ».

« Ce qui m’intéresse, c’est d’aller un peu plus loin que l’image et pouvoir raconter une histoire par le biais d’une sélection d’images »

Julien Girardot

« L’appel des îles » à la galerie Winker, c’est dix ans de vie, une étape pour le photographe qui expose pour la première fois en solo. De 500 photos sélectionnées, il en a retenu 36 pour l’exposition. Une plongée dans le temps et les souvenirs qui lui a demandé du temps : « c’est avant tout des souvenirs, des moments importants ou des délires comme ce vélo où je rentrais de nuit sur le route de Fakarava, et je me suis dit ‘tiens on s’arrête, j’ai mon trépieds, je suis tout seul, je mets un coup de lightpainting et bim ça marche ! ».

(Crédit photo : Galerie Winkler)

Ses reportages de pêcheurs aux Tuamotu, ou encore des chevaux sauvages aux Marquises lui ont valu la reconnaissance de grands magazines d’exploration avec lesquels il a collaboré régulièrement. Son dernier projet en date : suivre l’association Coral Gardeners à Moorea. « Aucune association jusqu’ici a autant fait parler d’elle en Polynésie. Ils font passer un message essentiel. Je crois que c’est cette jeune génération qui pourra nous sauver » nous dit le photographe. Ses clichés ont été publiés dans un magazine finlandais.

This month, to illustrate their cover, GEO Finland magazine used this photo that I took of @tehaps , a young @…

Posted by Julien Girardot Photography on Saturday, May 23, 2020


Apres les courses à la voile qu’il a couvert au début de sa carrière, puis les voyages au gré des vents, le photographe aspire aujourd’hui à de nouveaux projets. Il souhaite revenir à sa passion de la cuisine mais surtout revenir à la terre : « les gens qu’on rencontre dans les îles nous rappellent ces choses essentielles, qu’on oublie parfois » dans notre tourbillon de la vie.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV