dimanche 29 mars 2020
A VOIR

|

Label Hina : rencontre avec Revatua, Vaiana dans la série

Publié le

Publié le 29/02/2016 à 9:30 - Mise à jour le 29/02/2016 à 9:30
Lecture 3 minutes

Label Hina  c’est le pacte écocitoyen de Hina, une jeune polynésienne qui veut sauver son île et même la planète !  Elle vit avec sa meilleure amie Vaiana et cherche un troisième colocataire.
Vaiana est pétillante et gourmande, et elle supporte comme elle peut la « green attitude » de Hina. Même si elle doit faire pas mal de concessions, Vaiana ne s’imagine pas vivre avec quelqu’un d’autre que sa meilleure amie.

Vaiana est interprétée par Revatua Rossoni, jeune femme aussi pétillante que son personnage. Les téléspectateurs ont déjà l’habitude de la voir dans la série Hiro’s. Mais Label Hina est une toute nouvelle aventure télévisuelle. Rencontre avec l’actrice :
 

> Te sens-tu assez proche de ton personnage, Vaiana ? De quelle manière ?
« Complètement. Mis à part le fait qu’elle soit hyper coquette, on est toutes les deux, très fans de « junk food » et très proches de nos meilleurs amis. Vaiana et Hina sont amies depuis le collège et Vaiana fait beaucoup d’efforts pour suivre les gestes écocitoyens de Hina. Elles font toutes deux beaucoup de concessions, car elles se connaissent depuis toujours et sont meilleures amies. »

> Est-ce que, dans ta vie de tous les jours, tu as la « green attitude » ?
« Je ne suis pas « supergreengirl », mais je fais ce que je peux pour avoir de bons réflexes. Après tout, on a qu’une planète et on se doit de la respecter. Comme l’a dit Leonardo Dicaprio en remerciement pour son award : « Ne prenons pas cette planète pour acquise ». Je pense que l’on doit tous faire ce qu’il faut pour nous ainsi que nos enfants, et les enfants de nos enfants… »

> Est-ce que cette série a changé ta manière de te comporter au quotidien ?
« Je ne vais pas dire que je suis devenue une pro de l’écologie, mais grâce à Sarah ( Dukhan, auteur et co-réalisatrice de la série, NDLR) et cette série, il est vrai qu’on a appris beaucoup de choses. J’avais déjà certains réflexes grâce à mon père, mais il est vrai que je fais plus attention maintenant. Après, j’aimerais bien être comme Hina et avoir un jardin avec faapu, histoire de commencer à manger « healthy » comme elle, je n’y suis pas encore… Mais je ne perds pas espoir (rire) ! »
 
> On a déjà eu l’occasion de te voir dans une autre série sur TNTV : Hiro’s. Comment vies-tu ces expériences à la télé ? 
« Oui dans Hiro’s, je remplace Jessy. Ces expériences sont uniques, de par les équipes qui nous entourent, les personnages que l’on interprète… J’aime énormément les liens que l’on crée dans ces aventures, c’est comme si l’on se découvrait une nouvelle famille à chaque tournage. Il y a des hauts et des bas comme dans toutes les familles, selon le temps de tournage, mais cela reste une expérience enrichissante et tellement intéressante. Pour moi, c’est 200% Fun ! »

 
> Que dirais-tu aux téléspectateurs pour leur donner envie de regarder Label Hina ?
« Laissez-vous tenter par ces 3’30 de bonheur et de fous rires. C’est une série sur les gestes écocitoyens, évidemment, elle est là pour nous sensibiliser, mais elle raconte aussi l’histoire de deux meilleures amies en quête de « l’écoloc » parfait . 
Et puis l’essayer c’est l’adopter, qui sait ? Peut-être que vous deviendrez aussi écolo que Hina si vous ne l’êtes pas déjà. »

 

Propos recueillis par Manon Kemounbaye

Label Hina, le teaser

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : le message de Vaimalama aux Polynésiens

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, Vaimalama Chaves, Miss Tahiti 2018 et Miss France 2019, appelle le fenua à bien respecter le confinement, pour éviter la propagation du coronavirus Covid-19.

Covid-19 : confinés, les surfeurs continuent de rider… à...

Pour éviter la propagation du coronavirus Covid-19, la population est appelée à rester chez elle et à ne sortir que dans certains cas (faire les courses, pour une visite médicale...). Tous les sports nautiques sont également interdits. Les surfeurs doivent ainsi s'adapter, et ils ne manquent pas d'imagination pour continuer à surfer, mais... de chez eux !

Covid-19 : Moetai Brotherson s’entretient avec Annick Girardin

Hier, lors de la session à l’Assemblée, il a été question du silence de l’État face aux demandes du Pays, lui aussi confronté à cette crise du Covid-19. Et ce matin, les parlementaires Polynésiens ont pu s’entretenir durant une heure avec la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, en conférence téléphonique. Tous les sujets ont été abordés, nous explique Moetai Brotherson. Il annonce notamment que les touristes naufragés ne seront pas laissés pour compte, et que des vols exceptionnels devraient être organisés.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV