mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

La légende du motu Ruahine à Apataki

Publié le

Direction Apataki aux Tuamotu où une tradition particulière subsiste encore aujourd'hui. Les anciens racontent que pour dire que l'on est bien arrivé sur l'atoll, il faut d'abord fouler le sable rose de l'îlot Ruahine, domaine du guerrier Tarahae.

Publié le 22/10/2020 à 9:50 - Mise à jour le 22/10/2020 à 9:53
Lecture < 1 min.

Direction Apataki aux Tuamotu où une tradition particulière subsiste encore aujourd'hui. Les anciens racontent que pour dire que l'on est bien arrivé sur l'atoll, il faut d'abord fouler le sable rose de l'îlot Ruahine, domaine du guerrier Tarahae.

Le village Niutahi de Apataki, situé aux abords de la passe, est tranquille, le temps semble s’y être arrêté. C’est peut-être pour cela qu’une tradition ancestrale y persiste. En effet, selon les anciens, tout nouvel arrivant doit tout d’abord fouler le sol du motu Ruahine à 20 minutes du bateau du village, avant d’affirmer être arrivé à Apataki. « Si tu ne vas pas là-bas, tu n’es pas arrivé à Apataki » confirme Timi Orbeck, habitant de Apataki.

Lire aussi > Ils changent de vie et partent vivre sur un motu près de Apataki

Si l’on se réfère aux dires des habitants, le motu Ruahine a accueilli les plus grands chefs, les plus grands navigateurs et les plus grands guerriers de passage à l’époque des anciens paumotu. Car en réalité, ce motu abrite le symbole protecteur de l’atoll : deux pierres décrites comme des pointes tranchantes et nommées Tarahe.

Selon les gardiens de la tradition à Apataki, Tarahae offrirait un cadeau en retour aux nouveaux visiteurs qui lui témoignent du respect. « Hier, avant de quitter Apataki, Tarahae nous a donné beaucoup de chance pour notre pêche » nous dit Hiva Tiputoa, pêcheur de Arutua. Et il semble bien que le cadeau soit un haura de 250 kilos, attrapé au retour sur Arutua…

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.