mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Komosulo ou l’artiste aux milles visages

Publié le

Publié le 30/09/2017 à 13:43 - Mise à jour le 30/09/2017 à 13:43
Lecture 2 minutes

Komosulo fait partie de ces élèves qui ont toujours eu un stylo à la main et dessinaient en cours au fond de la classe. De fil en anguille, soutenu par sa famille et ses amis, il passe son bac et poursuit en art plastique et art appliqué. Il continue d’apprendre au centre des métiers durant cinq années. L’artiste est aujourd’hui enseignant au conservatoire artistique de Polynésie.

Sa passion, exprimer ses sentiments au travers de ces visages. L’artiste se veut témoin engagé dans un monde matérialiste où l’humain perd peu à peu sa place.

« Dans ce monde ultra matériel où l’on vit, j’aime rappeler, aux personnes qui viennent à mes expositions et à moi-même, que nous ne sommes pas que ce matérialisme. Derrière, il y a aussi des personnalités, des identités, des tourments, du bonheur, et c’est ce que j’ai envie de peindre et de partager. »

Après avoir exposé aux côtés de plusieurs artistes, Komosulo se fait sa place. Cette exposition est sa première en solo : « C’est un artiste qui veut être libre. Il est libre. C’est vraiment le mot qui ressort de son travail. La liberté », explique Vaiana Drollet, galériste.

Komosulo présente 25 œuvres aux formats très différents. Pour les réaliser, il a pu bénéficier de l’atelier Hamani Lab. Un espace de création ouvert aux artistes du fenua où chacun peut laisser libre cours à son imagination : « On a des structures qui permettent à chacun d’exploser sur les formats, sur le nombre des œuvres, de travailler en communion avec des personnes, et c’est juste parfait. », estime l’artiste.

L’exposition de Komosulo se poursuit jusqu’au 10 octobre à la galerie Winckler.
 
 

Rédaction Web avec Sophie Guébel et Tauhiti Tauniua Mu San

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV