mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Irma Porutu chante l’histoire oubliée de Puka Puka dans son premier clip

Publié le

Le 6 février 1992, le cyclone Cliff fait des ravages sur l'atoll de Puka Puka aux Tuamotu. Un fait oublié que la chanteuse Irma Porutu a choisi de raconter dans son tout premier clip, Te Vero.

Publié le 15/11/2020 à 14:34 - Mise à jour le 16/11/2020 à 11:20
Lecture 2 minutes

Le 6 février 1992, le cyclone Cliff fait des ravages sur l'atoll de Puka Puka aux Tuamotu. Un fait oublié que la chanteuse Irma Porutu a choisi de raconter dans son tout premier clip, Te Vero.

Vous avez certainement déjà entendu la voix d’Irma Porutu. La jeune polynésienne originaire de Puka Puka a participé à de nombreux concours de chant : Nescafé star, Zik truck, Tahitian Voice ou encore le Grand casting…

Irma chante depuis toujours : « Je pense que j’ai commencé a chanter dans le ventre de ma mère (rires) car j’ai toujours aimé chanter et le plus c’était à l’église, dans les chorales. J’aime trop chanter ! C’est plus qu’une passion pour moi, c’est une drogue… Même quand j’ai la voix cassée je chante quand même. Je ne vis pas de la chanson c’est juste un moyen pour moi de m’évader de temps en temps du monde réel… », confie la chanteuse.

Son tout premier clip est sorti ce week-end et compte déjà plusieurs milliers de vues sur YouTube. Dans sa chanson, Te Vero, Irma raconte un pan oublié de l’histoire de Puka Puka. En février 1992, les Tuamotu sont touchées par le cyclone Cliff. Des vagues ravagent l’atoll de Puka Puka.

« Je pense que si vous faites des recherches sur Google et autres vous n’allez jamais trouver des informations sur ce qui s’est passé sur mon île le jeudi 6 février 1992 (…) J’ai eu plein de témoignages de presque toute la population de Puka Puka et j’ai fondu en larmes en apprenant tout ce qu’ils ont vécu. »

Un clip tourné sur son atoll avec la participation de la population.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.