vendredi 12 août 2022
A VOIR

|

En images – Heiva i Tahiti : Ode pour un engagement culturel

Publié le

Quatrième soirée du Grand Heiva 2022. La scène de To'ata accueille les troupes de danse Hana Pupu 'Ori Tahiti, Heikura Nui et de chant Nūna'a Rurutu et Tamari'i Mahina. Un patchwork de styles et d’émotions dans la pure tradition du Heiva i Tahiti.

Publié le 09/07/2022 à 12:44 - Mise à jour le 10/07/2022 à 11:07
Lecture 11 minutes

Quatrième soirée du Grand Heiva 2022. La scène de To'ata accueille les troupes de danse Hana Pupu 'Ori Tahiti, Heikura Nui et de chant Nūna'a Rurutu et Tamari'i Mahina. Un patchwork de styles et d’émotions dans la pure tradition du Heiva i Tahiti.

Hana Pupu ‘ori Tahiti – Hura ava tau

Créée en 2017, la troupe Hana participe à deux reprises au Hura Tapairu. En 2019, le groupe décroche la première place de la catégorie Mehura. Pour ce premier Heiva, le groupe choisit d’interpréter le thème : To iho ma’ohi, une oeuvre écrite par Vetea I Te Rai Araipu. « lho ma’ohi » signifie, l’essence, l’identité ancestrale du Ma’ohi, issue d’un héritage familial et ancestral. C’est une identité comprenant les valeurs fondamentales polynésiennes tournées vers l’autre, le partage et la communauté. Elle est basée sur 2 fondamentaux polynésiens : sa terre et sa langue. Le rythme de vie polynésien autrefois calqué sur les éléments naturels  la mer, la terre, le soleil, le vent, et les étoiles est aujourd’hui chamboulé. Ce spectacle met en lumière la transformation identitaire du Ma’ohi à travers un peu plus d’un siècle de bouleversements historiques. Le chef de groupe Enda Tanseau et l’auteur du thème avait un message fort à transmettre au public et aux générations montantes pour que le peuple fasse sienne de nouveau sa culture et son identité.

Nūna’a Rurutu – Tārava Tuhaa pae

En catégorie Tārava Tuha’a Pae, Nūna’a Rurutu nous fait voyager au milieux du XIXe siècle, dans le royaume indépendant de Rurutu. La chorale chante la mobilisation d’un peuple pour la construction d’un nouveau temple. À travers ces polyphonies, le groupe de chant Nuna’a Rurutu met en évidence le travail de la chaux et les progrès de leurs ancêtres excellant dans la construction de leur habitat en chaux. Une mise en scène et un filage efficace mené par le chef de groupe Gérard Manuel. le Ra’atira Volter Teauroa a déclamé avec vigueur la présentation du groupe.

Tamari’i Mahina – Tārava Raromatai

Tamari’i Mahina voit le jour en février 2015. Cette année, le choeur participe au Heiva i Tahiti en catégorie Tārava Raromata’i. L’autrice Poema Rochette et le chef de groupe Moeata Arai exaltent dans leur thème choisi pour ce Heiva la beauté de la Tiare Apetahi, fleur endémique et emblématique de Raiatea. Le mont Temehani est le seul endroit où cette plante pousse. Une légende qui incite au pardon, à la paix et à l’amour. Les compositeurs des chants Vaea Tavaearii et Denise Arapari ont voulu apporter une rythmique poétique pour cette soirée.

Heikura Nui – Hura tau

Primée à de nombreuses reprises, la troupe Heikura Nui fondée en 1973 par Iriti Hoto et sa femme Béatrice passe le flambeau à leur fille Heiura Hoto. Chef d’orchestre, cette jeune femme sonne le “tocsin” et prône des valeurs de respect. Un texte écrit par Iriti Hoto où le respect culturel, solennel et mutuel à toute sa place. Retraçant la genèse du monde, montrant l’importance des langues et des terres polynésiennes, la troupe a dansé avec ferveur sa culture. C’était également l’occasion de rendre hommage, après 4 mois de répétitions, aux anciens qui ont transmis leur savoir-faire. Tout au long de son parcours, le groupe Heikura Nui a travaillé avec de grand noms de la culture polynésienne tels que Mamie Louise Kimitete ou Vanina Ehu du Conservatoire Artistique de la Polynésie – le “Te Fare Upa Rau”.

infos coronavirus