vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Heiva des écoles : Hei Ori, Manahau et Hei Tahiti pour la troisième soirée

Publié le

Samedi soir avait lieu la troisième soirée du Heiva des écoles - Taupiti Ana'e - avec les troupes de Hei Ori, Manahau et Hei Tahiti. De superbes prestations se partageant entre les planches du Grand Théâtre et la scène mythique de To'ata.

Publié le 05/06/2022 à 11:34 - Mise à jour le 07/06/2022 à 10:47
Lecture 9 minutes

Samedi soir avait lieu la troisième soirée du Heiva des écoles - Taupiti Ana'e - avec les troupes de Hei Ori, Manahau et Hei Tahiti. De superbes prestations se partageant entre les planches du Grand Théâtre et la scène mythique de To'ata.

Pour la 28e édition du Heiva des écoles, la Maison de la culture et le ministère de la Culture ont décidé, en concertation avec les écoles, de proposer également des spectacles sur la scène de To’atā. Plusieurs écoles ont ainsi fait le choix de se produire soit au Grand Théâtre, soit sur la scène mythique. Parmi elles, 5 écoles ont choisi de danser dans les mêmes conditions et configurations que le Heiva i Tahiti.

Hei ‘Ori

Hei ‘Ori participe au Heiva depuis 2001 et remporte plusieurs prix en catégorie professionnelle depuis 2015. Cette troupe fait son premier Heiva des Ecoles en 2009. Elle rassemble plus de 150 élèves, danseurs danseuses, batteurs et choristes. Mais cette année c’est environ 140 élèves qui se présentent sur la scène de To’atā.

Heimoana souligne certaines contraintes liées au chevauchement de la programmation des spectacles du Heiva des écoles entre le Grand Théatre de la maison de la culture et la scène de To’atā entrainant un manque de place de parking.

Force est de constater que sur la Presqu’île, les troupes participant au Heiva i Tahiti manquent de danseurs et danseuses. Hei ‘Ori s’ouvre, avec pour objectif de faire émerger un engouement pour ce concours, former de futurs danseurs du Heiva i Tahiti et sensibiliser la jeunesse des Teva à leur culture ma‘ohi. L’école a su répondre à cet objectif, et certains des inscrits ont intégré la seconde troupe Teva i Tai qui se présente au Heiva i Tahiti depuis 2015. La joie de danser le ‘ori Tahiti est une philosophie enseignée au sein de Hei ‘Ori, ce qui permet de confirmer l’appartenance culturelle de l’école. Gaieté, amour et fierté, un vivifiant panel d’émotions présentés durant leur spectacle placé sous le signe de la sensualité.

Manahau

Manahau est une école de danse tahitienne sise à Papara et dirigée par Marine Teru, fille de Jean-marie Biret lequel est également membre du jury pour le Heiva de cette année 2022. Une histoire de famille avec sa soeur Marau, où tout le monde s’investit dans un but commun : danser et vivre le ‘Ori Tahiti.

Connue pour ses thèmes porteurs et inspirants que sont la transmission de la culture au sein de la famille, de la langue et des valeurs comme le respect de soi et des autres, pour son gala – une fois n’est pas coutume – l’école n’a point choisi de thème particulier car il s’agissait pour les élèves de montrer tout le travail réalisé tout au long de l’année. Un apprentissage technique mais aussi sportif permettant aux élèves de conserver un excellent niveau de forme physique et mental. La dure école de l’exigence dans la pratique de la danse tahitienne implique d’utiliser toute l’énergie de son corps favorisant ainsi une bonne santé. La prestation de ce soir au Grand Théâtre évoque l’image d’une tendresse filiale protectrice d’un père à son enfant.

Marine tenait à nous raconter l’expérience d’une de ses élèves en nous partageant le pouvoir des mots :

20 ans après avoir cessé de danser, cette élève souhaitant se réconcilier avec sa propre image, celle-ci pousse la porte d’une salle de ‘Ori Tahiti. S’ensuivit un long mais serein cheminement sur les pas d’un retour aux sources salvatrices. Les mots peuvent laisser des marques donc apprenons à parler avec bienveillance.

Hei Tahiti

C’est à la légendaire troupe Hei Tahiti fondée par Tiare Trompette-Dezerville, plusieurs fois primée au Heiva i Tahiti que revient l’honneur de clôturer cette soirée sur le tout nouveau plancher de la scène de To’ata avec une prestation énergique des élèves issus du Centre de formation Hei Tahiti. Ce dernier, ouvert depuis 2017 et dirigé par Emehe Dezerville, propose plusieurs niveaux d’apprentissage dès l’âge de 3 ans en danse, musique et chant traditionnels.

Alexandra Holman-Mervin , professeure au centre, nous livre ses impressions :

Ce soir c’était le passage du centre de formation de Hei Tahiti pour le Heiva des écoles sur la scène de To’atā. C’est une grande fierté de participer à ce Heiva. L’organisation de ce Heiva des écoles est une nouveauté pour nous et un renouveau pour les écoles de danse. On sort de 2 ans  de pandémie et de privations. C’est l’occasion pour les enfants, les ados de revenir sur scène. C’est un plaisir de revenir pour ce Taupiti Ana’e. Hei Tahiti lance un nouveau concept en intégrant le ‘Ori tahiti et les percussions dans l’apprentissage scolaire. Un travail fait en amont avec l’école Tuterai Tane élémentatire, l’ecole de Fautaua Val, le collège du Taone et le lycée Paul Gaugin.

Ce soir c’était l’occasion de montrer que l’apprentissage de la culture, des chants et des danses peut se faire à l’école. Une toute première expérience pour ces établissements. Il s’agissait aussi de remettre au goût du jour le Himene Tarava et les chants traditionnels en permettant aux élèves de la ville de Pirae d’interpréter un tārava tahiti et un ute paripari pour vanter les histoires de cette commune. Nous avons rencontrés des difficultés pour réunir les 200 élèves au même moment au même endroit. Il a fallut mettre à dispositions des bus pour le transport de toute la délégation.

infos coronavirus