mardi 26 octobre 2021
A VOIR

|

Hei Tahiti, pour rêver malgré tout

Publié le

Pas de Heiva, ni l’an dernier ni cette année… mais Hei Tahiti a prouvé mardi soir au Grand Théâtre que la culture, la musique et la danse ne s’endorment jamais bien longtemps, si ce n’est pour rêver avec son spectacle : Vahinemoea.

Publié le 31/03/2021 à 12:23 - Mise à jour le 31/03/2021 à 13:41
Lecture 3 minutes

Pas de Heiva, ni l’an dernier ni cette année… mais Hei Tahiti a prouvé mardi soir au Grand Théâtre que la culture, la musique et la danse ne s’endorment jamais bien longtemps, si ce n’est pour rêver avec son spectacle : Vahinemoea.

Une seule représentation pour réunir tout Hei Tahiti : le gala de l’école de danse dirigée par Emehe Dezerville, les figures imposées prévues pour le Hura Tapairu, dont un spectacle d’exception, Vahinemoea. Plus de deux heures de danses rythmées par des explications techniques. Yann Paa et John Mairai viennent par exemple éclairer le spectateur avant qu’il ne découvre leurs textes. Même les musiciens ou les concepteurs des costumes, habituellement dans l’ombre, viennent justifier leurs choix sur scène.

Le spectateur peu averti, qui croyait peut-être assister à un spectacle de danses folkloriques, prend alors la mesure de son erreur : tout est calibré, millimétré, de l’évolution des couleurs des costumes au cours du spectacle, à la subtile création musicale. Avec son brillant chef d’orchestre Jeff Tanerii, Hei Tahiti mêle les rythmes d’autrefois à ceux d’aujourd’hui et de demain, les sons du fenua à ceux de l’Amérique latine… de la tradition et de l’avant-gardisme, comme un goût de Pinainai au Grand Théâtre.

Après la prestation de l’école de danse, Hei Tahiti propose un Mehura sur le retour aux origines : Taputapuatea. Puis un Faahei Tahiti fondé sur la liberté de penser. Avant l’apothéose de la soirée : son spectacle Vahinemoea.

Vahinemoea est l’histoire de la souffrance de Tane, que seul l’amour peut guérir. Et de l’amour, Hei Tahiti en a donné beaucoup ce mardi. Covid oblige, la salle n’était qu’à moitié pleine, mais chaque spectateur a applaudi pour deux.

Rédigé par

infos coronavirus