vendredi 23 juillet 2021
A VOIR

|

Musique, chants, danses : retour en images sur le gala du Conservatoire

Publié le

LE COMBAT DES DIEUX ! Un vibrant hommage aux personnalités du Conservatoire, Te Fare Upa Rau, pour un vivifiant retour culturel sur la scène de To'ata.

Publié le 20/06/2021 à 9:31 - Mise à jour le 20/06/2021 à 10:04
Lecture 7 minutes

LE COMBAT DES DIEUX ! Un vibrant hommage aux personnalités du Conservatoire, Te Fare Upa Rau, pour un vivifiant retour culturel sur la scène de To'ata.

On dirait que les cieux, sous le signe de leur bienveillance coutumière pour les traditionnels galas du CAPF, se sont donnés le mot au dessus de la scène de To’ata… La pluie a enfin fait place à un timide mais providentiel soleil. Plus de 700 élèves enfants, adolescents et adultes du Conservatoire Artistique – Te Fare Upa Rau – avaient rendez-vous, ce samedi soir, sur cette emblématique scène pour danser, chanter, jouer, déclamer, parler mais aussi recevoir hommage et récompense. C’est 1600 spectateurs privilégiés, qui ont eu la chance d’obtenir un billet, qui se sont installés pour 3 heures d’un, toujours admirable, spectacle célébrant leur culture polynésienne.

Ces Etoiles de la culture ont évolué devant le président du Pays, le haut-commissaire et le ministre de la Culture. Une retransmission en “direct live” sur les pages Facebook du CAPF, de TNTV et de la Maison de la culture était organisée pour faire profiter du spectacle à un maximum d’internautes. “Atea contre Tane : le combat des Dieux”, le thème du spectacle est une fresque mythique créée et écrite par Vaihere Cadousteau, inspirée des mémoires de Teuira Henry.

L’hymne de notre pays, notre Himene Ai’a, ainsi que la Marseillaise, magnifiquement chantés “a cappella” par les talentueux Tinalei et Natihei, et tous les élèves de Bruno Demougeot ont entamé d’une voix vibrante le “La” de ce grandiose gala culturel.

John Mairai, notre fameux et médiatisé professeur de ‘orero et de culture générale au Te fare Upa Rau, est honoré de son prolifique et passionné travail d’enseignant en recevant, durant la cérémonie protocolaire d’ouverture et juste après le discours du Président du Pays, des mains du Haut-Commissaire, Dominique Sorain, la reconnaissance de ses pairs en étant décoré des insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Cette soirée est aussi celle des hommages et du souvenir pour les belles âmes du Conservatoire et de la Culture parties au ciel. Celles de Mamie Louise Kimitete, de Paulina Morgan et aux personnalités des arts traditionnels dansé par les Tamaroa (jeunes danseurs) puis par ses anciennes élèves avec un sublime et émouvant final en la chanson de “Hiirere”.

La soirée s’est clôturée par la danse de tous les élèves sur l’air du Festival “Tahiti Ti’a Mai” dont l’auteur est Coco Hotahota, chanson interprétée par les jeunes talents de Takoto.

Frédéric Cibard, responsable de la communication du CAPF s’exprime :

“Nous avons vécu un moment formidable et émouvant. La présence simultanée du président , de notre ministre et du Haut-Commissaire était une joie et un honneur. La décoration de notre professeur de ‘Orero était également une joie pour Jacob d’entre nous. L’hommage à Mamie Louise Kimotete était enfin un moment particulier. Elle était l’âme de la danse, cette danse qui était sa prière. Le “jam” des hymnes, a cappella, par le chœur des jeunes talents dirigés par Bruno Demougeot était également un moment fort. Et le ciel qui nous a préservé, comme une tradition pour nos galas ! Ce fut peut être un des galas les plus difficiles à organiser du fait des contraintes sanitaires, mais nous y sommes parvenus quand même. Les élèves des écoles et des collèges partenaires ont été formidables. On les sentait vibrer sur scène. Enfin il convient de remercier celles et ceux qui nous ont aidé à faire de ce rêve une réalité : nos partenaires de la Maison de la Culture, l’Etat et le ministère de la culture, nos parents d’élèves et surtout nos musiciens chanteurs et nos professeurs, qui ont su gérer près de 700 élèves. C’est une vraie performance. Mauruuru aussi à Vaihere Cadousteau pour son thème , le combat des dieux : “Atea et Tane” que nos ‘Orero ont relayé avec maîtrise tout au long de la soirée. C’était un retour parfait à To’ata. Long et parfait.”

Vanina Ehu, professeure de ‘Ori Tahiti au Te Fare Upa Rau :

“Je suis très heureuse de voir les enfants s’éclater sur scène ! et le fait d’avoir fait un hommage à Mamie Louise, à Paul, André et tous les autres artistes qui sont partis. J’ai demandé à Mamie Louise de chasser les nuages pour le spectacle de cet après-midi, Mamie m’a écouté. On est béni !”

John Mairai, professeur de ‘Orero :

“Cette soirée est terminée. C’était un gros travail. On a fait ça avec beaucoup de bonheur. Les enfants étaient très heureux. Le travail des professeurs était extraordinaire. Mettre plus de 600 élèves sur scène c’est quelque chose ! et je tenais à saluer le travail des parents d’élèves et remercier le public.”

Fabien Dinard Mara, Directeur du Te Fare Upa Rau :

“Beaucoup d’émotion. cela fait deux ans que l’on n’était pas venu sur To’ata et on revient avec un beau spectacle. Bravo aux élèves, aux professeurs et aux musiciens ! C’était un challenge de réunir les élèves de la Presqu’île, de Moorea et des différentes antennes du CAPF. Et le but était de les faire danser ensemble.”

Texte et photos : © Stéphane Sayeb / Tahiti Zoom

infos coronavirus