vendredi 26 février 2021
A VOIR

|

Festival Eo himene : rencontre avec Tekuhei Kaiha

Publié le

Publié le 02/11/2016 à 15:52 - Mise à jour le 02/11/2016 à 15:52
Lecture 2 minutes

Les Marquises s’apprêtent à vibrer aux sons du 2e festival Eo himene  les 11 et 12 novembre à Nuku Hiva. Tout le matériel son et lumière est en cours de chargement à bord de l’Aranui. Un équipement essentiel pour préparer sur place la scène qui accueillera une quinzaine d’artistes et groupes.

Tekuhei Kaiha est un de ces artistes. À 28 ans, il vit à l’île de Pâques depuis bientôt 3 ans. Après s’y être rendu à 2 reprises, c’est un coup de cœur qui lui a fait poser ses bagages. Artiste autodidacte, il y exerce le métier de tatoueur, mais n’a pas abandonné sa passion pour la musique.
L’ancien chanteur du groupe Vakakina se lance dans une carrière solo. Son premier album enregistré au Chili s’appelle Tokotahi et comporte 5 titres. Il les interprétera  pour la première fois sur scène à Nuku Hiva face au public du festival Eo himene. « C’est une fierté. (…) Le fait de partager, d’être là bas de chanter et de partager ma musique, c’est un plaisir », confie-t-il. 

Ses textes écrits en Marquisien reflètent sa vision de la société. Des textes engagés inspirés de  l’actualité, la politique ou la religion
« Je suis Marquisien. Que je sois à l’île de Pâques, au Chili, en Afrique ou en Asie… on est ce qu’on est. Le fait de chanter en Marquisien c’est rester soi-même. (…) C’est un album qui parle de beaucoup de choses. De culture, de politique, un peu de religion, c’est un peu des coups de gueule, des critiques, des façons de penser, c’est une manière de s’exprimer sur un tas de choses », explique l’artiste. 

Invité pour la première fois au festival Eo himene, le chanteur est fier de retourner à Nuku hiva  et compte partager son style rock avec d’autres groupes comme Manahune ou encore Tikahiri. « Ma musique est très orientée rock, je ne dirais pas métal, mais rock progressif (…) Quand j’étais étudiant, les groupes que j’écoutais c’était Tikahiri et Manahune. (…) Bien sûr ça a inspiré ma musique. (…) Ce sont un peu comme mes idoles polynésiennes. Le fait de partager ce moment avec eux c’est fantastique. »

Avec ce premier album, Tekuhei espère conquérir le public et dévoiler à travers ses compositions son attachement à son archipel d’origine.
 

 Rédaction web 

infos coronavirus