dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

Fa’afaite : bientôt le départ pour la Nouvelle-Zélande

Publié le

Fa'afaite est sur le départ ! La pirogue traditionnelle quitte Tahiti le 19 août pour assister à l'événement Tuia 250, en Nouvelle-Zélande. Maui Neri, le président de l’association, était l'invité de notre journal afin de parler de l'organisation de ce séjour de près de trois mois.

Publié le 18/08/2019 à 12:12 - Mise à jour le 18/08/2019 à 17:04
Lecture 2 minutes

Fa'afaite est sur le départ ! La pirogue traditionnelle quitte Tahiti le 19 août pour assister à l'événement Tuia 250, en Nouvelle-Zélande. Maui Neri, le président de l’association, était l'invité de notre journal afin de parler de l'organisation de ce séjour de près de trois mois.

Il s’agit du 250e anniversaire des premières rencontres entre maori et européens. Sur place, Fa’afaite va rejoindre deux va’a maori ainsi que l’Endeavour, actuellement amarré à Sydney. Ce périple permettra de commémorer l’arrivée de Tupaia. Un voyage entièrement orienté sur la réappropriation de la culture et de l’histoire polynésiennes. Pour en parler, nous recevons, Maui Neri, président de l’association Fa’afaite i te ao maohi – Tahiti Voyaging Society.

Avant de revenir sur la symbolique de ce voyage, comment s’organise ce type de traversée pour l’équipage du Fa’afaite, en matière de vivres, de vie à bord… ?
“C’est un voyage qu’on prépare depuis plusieurs mois parce que ce n’est vraiment pas une petite chose à faire. Donc il a fallu préparer les équipages, les former au niveau technique sur la navigation et sur tout l’aspect culturel car on va représenter la Polynésie.”

Combien de membres d’équipage va compter cette nouvelle expédition ?
“Pour la traversée, il y aura 15 membres d’équipage, dont 3 maori.”

Vous devez lever l’ancre lundi. Ce voyage sur l’océan va durer combien de temps ? Et comment est-ce que vous allez faire pour naviguer ?
“Nos capitaines comptent environ trois semaines de traversée avec un stop à Rarotonga, et un passage près des îles Kermadec avant de descendre plus au sud à Tauranga. Tout va se faire aux étoiles, avec les éléments… Ce qu’on oublie de dire, c’est que c’est de la navigation sensorielle, ce n’est pas seulement de la navigation aux étoiles, donc il s’agit d’observer les courants, les oiseaux… C’est très technique. Il y aura deux personnes de Tahiti qui vont être chargées de tracer la route pour notre pirogue.”

Du 250ème anniversaire du contact entre maori et européens, qu’est-ce qu’il est important de retenir aujourd’hui ?
“Ce qui est important, c’est que là-bas, c’est un événement national donc ils vont célébrer cette rencontre. Et dans ce cadre-là, ils ont voulu inviter une pirogue tahitienne, polynésienne, pour montrer aussi que la navigation polynésienne existait déjà et que ce sont les Polynésiens qui ont parcouru des kilomètres pour atteindre Aotearoa. D’autant plus que Tupaia était sur le bateau de Cook lorsque Cook est arrivé là-bas. Tupaia lui avait montré la route en fin de compte.”

Vous allez arriver à Tauranga, et ensuite, qu’est-ce qu’il va se passer ?
“On va rencontrer les communautés. On a 17 arrêts prévus tout autour de la Nouvelle-Zélande. Ce qui est prévu, c’est qu’on fasse un tour de la Nouvelle-Zélande avec une flottille de deux autres pirogues qui vont nous accompagner, et également trois navires de type européen, avec une copie de l’Endeavour notamment.”

(…)

Vous ne partez pas les mains vides puisque vous allez avec des cailloux que vous avez récolté un peu partout sur l’île…
“Pour chaque voyage que Fa’afaite organise, l’idée c’est de prendre des cailloux de divers endroits. Là, il y en a de tout autour de Tahiti, de Raiatea, de Moorea, de Raivavae, des Marquises… La symbolique, c’est d’apporter une pierre qui va finalement lier les deux pays, donc Aotearoa et Tahiti.”

Demain, vous préparez une cérémonie dans la vallée de la Hamuta. En quoi consiste-t-elle ?
“C’est une cérémonie assez intime, avec les amis, les intimes, les proches, les familles etc. Ce sera l’occasion de récupérer également les cailloux que nous avons laissé trois nuits là-bas avant de les emmener en Nouvelle-Zélande.”

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires