dimanche 5 avril 2020
A VOIR

|

Exposition Tumura’i Fenua : (re)découvrir Taputapuatea

Publié le

Publié le 23/07/2015 à 13:22 - Mise à jour le 23/07/2015 à 13:22
Lecture 2 minutes

Le ministre de la Promotion des langues et de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, accompagné par Richard Tuheiava, et le Chef de service de la culture, a tenu, vendredi matin, une conférence de presse à l’assemblée de la Polynésie française pour présenter l’exposition « Tumura’i Fenua ».
 
Cette exposition photographique, en soutien à la candidature du paysage culturel de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco a été élaborée par le Service de la Culture et du Patrimoine de la Polynésie française, en partenariat avec le GIE Tahiti Tourisme. Elle a déjà été présentée à la population de Raiatea en avril dernier, et sera visible à l’assemblée de la Polynésie française du 24 juillet au 6 septembre 2015.  Elle comprend 90 kakémonos, qui retracent les trois années dernières années au cours desquelles plusieurs missions de terrain ont été effectuées par les agents du  Service de la Culture et du Patrimoine en vue de faire aboutir la candidature au label « Patrimoine Mondial de l’Unesco » du « Paysage culturel Taputapuātea ».
 

Cette exposition, dont la vocation est d’être itinérante, sera également proposée prochainement dans sa version numérique sur le grand écran du hall de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, puis au Musée de Tahiti et des îles pour la journée du Patrimoine. Celle-ci est appelée à évoluer et à être complétée, puisque des images continuent à être prises au fur et à mesure de l’avancement du dossier de  labellisation.
 
L’objectif de cette exposition est d’informer le plus largement possible la population sur le processus de labellisation en cours, mais aussi de mieux faire connaître le site, son histoire, mais également son avenir possible. Aussi, en complément de cette exposition photographique, des visites guidées seront proposées par le Service de la Culture, pour les scolaires ou les groupes de 10 personnes minimum. 
 
Par ailleurs, toutes les informations relatives à l’exposition, mais également au processus de labellisation, seront  disponibles sur le page facebook dédiée « Tumu ra’i fenua » et sur le site du service de la Culture et celui de l’assemblée.
 
Le ministre de la Culture a par ailleurs profité de cette occasion pour faire le point sur l’avancement du dossier de labellisation du site. Le dossier qui a été présenté en juin par le Pays, l’Etat, la commune, le chef de projet et l’association « Na papa E va’u » doit à présent être finalisé par le Service de la Culture et le cabinet Océanide, porteur du projet, pour la mi-septembre.
 
Richard Tuheiava a annoncé qu’une résolution, porté par les 4 composantes politiques représentées à l’assemblée, sera présentée en septembre afin de venir compléter le dossier, et témoigner du soutien total des élus à ce dossier. Le ministre et Richard Tuheiava ont tenu a souligné que ce projet de classement est soutenu de façon très consensuelle  et symbolique par le Pays, l’Etat, la commune de Taputapuatea, mais également la population, et notamment la jeunesse et les anciens, qui suivent avec attention le processus en cours.
  

  • Réservation pour les visites :
    Bureau d’accueil et d’information de l’assemblée de la Polynésie française
    Ouvert du lundi au jeudi, de 7 h 30 à 17 h et le vendredi de 7 h 30 à 16 h.
    Contacts : 40 41 61 76 ou 40 41 63 74
    [email protected]
    www.culture-patrimoine.pf

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Hélicoptère affrété par un couple : la colère du...

Le maire Sylviane Terooatea est en colère après avoir appris via Facebook qu’un hélicoptère affrété par un couple ait atterri hier après-midi à Raiatea et ce, avec l’autorisation de l’État et du Pays, alors qu'elle n'était donc pas au courant.

Des confinés Tahitiens en Suisse

La troisième semaine de confinement a démarré en métropole et dans la plupart des pays frontaliers européens, même si les mesures prises ne sont pas exactement les mêmes. Par exemple, en Suisse, la confédération a décrété l'État d’Urgence : seuls les commerces de première nécessité sont ouverts, et si le télétravail est fortement encouragé, les restrictions de sorties sont sensiblement moins strictes que dans l’hexagone…

Covid-19 : la Polynésie ne pourra pas recruter des...

Un décret, publié mercredi au journal officiel, autorise plusieurs territoires ultramarins -excepté la Polynésie- à recruter des médecins, dentistes, sages-femmes et pharmaciens ayant des diplômes hors Union européenne, pour faire face à des pénuries récurrentes de personnels en outre-mer et surtout lutter contre l'épidémie de Coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV