Exposition à l’UPF : Le tapa dans tous ses états

C’est une exposition qui devait avoir lieu le 15 avril, journée mondiale de l’art, mais confinement oblige, elle a été reportée. Intitulée "Mona Lisa TAPA tout dit", elle est désormais visible à l’université de Polynésie. Plus d’une quarantaine d’artistes ont été invités à exprimer leur point de vue sur le tapa, ce qui en fait une exposition riche, très éclectique et qui interpelle.

354
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Le tapa comme une déclaration d’amour à la culture polynésienne racontée par 43 artistes. Ils sont originaires du fenua, mais aussi de métropole, et ont laissé place à la créativité pour cette exposition collective qui rend également hommage à la femme. « Le tapa, c’est aussi une histoire de femmes, pas exclusivement, mais majoritairement. La déesse batteuse de tapa est Hina, (…) c’est aussi un clin d’œil à elle et à cette culture que l’on chérit aujourd’hui » explique Here’iti Vairaaroa, commissaire d’exposition.

Des femmes et du tapa explorés au travers de différents supports. Des tableaux, des mises en scènes, de la sculpture ainsi que de l’art olfactif. Un écrin en tronc d’arbre contenant un parfum illustre une coutume marquisienne durant laquelle les grands-mères fabriquaient du tapa parfumé pour la nuit de noces de leur petite-fille. « Il y a tout un processus où elles mettaient à l’intérieur des fleurs de hinano, de ylang… C’est très long parce qu’il faut que le tapa s’imprègne et donc ce parfum, c’est une illustration de cette coutume. Le parfum a aussi sa place dans l’art et dans la tradition » précise Lovaïna Guirao, maître parfumeur.

Titouan Lamazou, parrain de l’exposition. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Perpétuer la tradition tout comme l’art du tapa dont les créations des artistes sont disséminées un peu partout dans la grande bibliothèque de l’université. La diversité des œuvres (projections, sculptures, immersions sonores, jeux vidéo…) interpelle et veut bousculer les codes : « On a des tableaux qui parlent de Hina, de l’histoire de la Polynésie, on a aussi des tableaux qui dénoncent un peu cette perte culturelle. Ce sont vraiment des parti-pris qui sont différents, en fonction des artistes, des origines, et de l’histoire » nous dit Here’iti.

Visible jusqu’au 24 octobre, l’exposition « Mona Lisa TAPA tout dit » est gratuite et libre à tous de 7 heures 30 à 19 heures à la bibliothèque universitaire, avec, chaque mardi, des visites guidées par groupe de 8 en présence des commissaires tous les mardis sur réservation à 10 heures, 11 heures, 14 heures à [email protected] ou au 87 710 298.