mardi 7 avril 2020
A VOIR

|

Eto sur la scène du grand théâtre

Publié le

Déjà bien connu des scènes du fenua, l’artiste Eto annonce la sortie de son premier album lors d’un concert au grand théâtre de la Maison de la culture le 15 février prochain. Les billets sont déjà en vente à la Maison de la culture et en ligne sur leur site Internet.

Publié le 20/01/2020 à 16:35 - Mise à jour le 21/01/2020 à 14:17
Lecture 2 minutes

Déjà bien connu des scènes du fenua, l’artiste Eto annonce la sortie de son premier album lors d’un concert au grand théâtre de la Maison de la culture le 15 février prochain. Les billets sont déjà en vente à la Maison de la culture et en ligne sur leur site Internet.

On note d’abord son style, empreint de son chanteur préféré, Ben Harper… Eto est jeune et pourtant il s’est rapidement fait remarquer sur les scènes du fenua. Toujours avec son chapeau en pae ‘ore, guitare à la main, l’artiste est parvenu à écrire des textes qui touchent, composés lors d’un tour du monde en 2018. Un tour du monde qui lui a permis de sortir son premier album de 10 chansons.

« Chacune des chansons est liée au voyage, confie Eto. Donc je vais à chaque fois raconter d’où vient la chanson, à quel moment je l’ai écrite et qu’est-ce qui a fait que j’ai pensé à ça à tel moment et que je l’ai écrit du coup soit dans un bus de nuit, soit dans un hôtel ou au bord de la route… Une fois, sur une pirogue en Amazonie, j’ai écrit une chanson direct en live. Du coup je vais raconter en gros d’où vient l’inspiration. »

Le Pérou, le Chili ou encore l’Italie, Eto a visité 13 pays. Il est revenu plus inspiré et engagé, notamment contre la pollution.

« Le Machu Picchu, je suis hyper fan de cet endroit, des 7 merveilles du monde, et de le voir sur une belle montagne, c’était beau, raconte l’artiste. Mais malheureusement il y avait pas mal de pollution, de déchets. C’est quelque chose qui touche tout le monde, tous les pays et dont nous sommes la cause. Et puis au niveau local aussi on a encore des choses à faire, des endroits à nettoyer et aussi un comportement à changer. »

Eto en concert au grand théâtre

ETO – officiel donnera un concert au grand théâtre de la Maison de la Culture de Tahiti le samedi 15 février à 19 heures. Son nouvel album sera disponible sur place.Retrouvez notre article ici : https://bit.ly/36beHGK#musique

Posted by TNTV Tahiti Nui Télévision on Monday, January 20, 2020

Aujourd’hui, Eto fait passer ses messages au travers de sa musique. Son album sera présenté en live sur la scène du grand théâtre, avec la participation de quelques invités.

« J’ai la chance d’avoir Teiho du groupe Tuakana qui va chanter en première partie, Tahiti Choir School, une chorale locale avec Steeve Reea, et l’école de danse Tauariki aussi qui va danser sur les chansons. »

Une soirée pleine de surprises qui aura lieu samedi 15 février à 19 heures. L’artiste ira jusqu’au bout de sa démarche éco-responsable puisque son album sera en vente le soir du concert sur une clé USB.

Après cela, Eto ira également partager sa musique en métropole au mois de juillet, dans le cadre de quelques concerts.

PRATIQUE

Eto en concert
Samedi 15 février à 19 heures à la Maison de la culture.
Tarif adulte : 2 000 Fcfp
Tarif PMR et enfant de moins de 12 ans : 1 500 Fcfp
Billets en vente sur place et en ligne sur www.maisondelaculture.pf.
Renseignements au 40.544.544.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : la Polynésie ne pourra pas recruter des...

Un décret, publié mercredi au journal officiel, autorise plusieurs territoires ultramarins -excepté la Polynésie- à recruter des médecins, dentistes, sages-femmes et pharmaciens ayant des diplômes hors Union européenne, pour faire face à des pénuries récurrentes de personnels en outre-mer et surtout lutter contre l'épidémie de Coronavirus.

Le Vanuatu balayé par le très puissant cyclone Harold

Le Vanuatu était balayé lundi par les vents soufflant à 235 km/h du très puissant cyclone Harold, une catastrophe naturelle qui pourrait compliquer les efforts de l'archipel pour empêcher la propagation du coronavirus.

Coronavirus : plus de 900 000 cas officiellement déclarés...

Plus de 905 580 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 187 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 176 500 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV