dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Eto : le clip de ‘A fa’atura i tō ‘oe fenua, et son engagement pour l’environnement

Publié le

Alors que le monde se bat contre la covid-19, un autre sujet est tout aussi important : la préservation de l'environnement. L'artiste Eto vient de sortir le clip de sa chanson 'A fa'atura i tō 'oe fenua.

Publié le 05/08/2021 à 16:25 - Mise à jour le 06/08/2021 à 9:26
Lecture 3 minutes

Alors que le monde se bat contre la covid-19, un autre sujet est tout aussi important : la préservation de l'environnement. L'artiste Eto vient de sortir le clip de sa chanson 'A fa'atura i tō 'oe fenua.

C’est en faisant le tour du monde, un sac sur le dos, que l’artiste polynésien Eto a pris conscience de l’ampleur de la pollution. “Je fais partie de la génération polynésienne qui a connu l’arrivée du bac vert et du bac gris. J’ai aussi connu la prévention à l’école primaire jusqu’au lycée… Malgré tout ça je n’ai jamais autant pris conscience de la pollution dans le monde et de son impact écologique. Durant le voyage, j’ai vu des déchets en Namibie sous les arbres, j’ai vu des déchets au Machu Picchu… Ce n’était vraiment pas beau à voir surtout sur ce site sacré. J’ai remarqué énormément de déchets en Asie du sud-est. La population utilisait du plastique pour tout. Je retrouvais du plastique dans les rivières, les jardins, dans la mer… J’ai vu des déchets en Italie, France, Belgique…”, raconte-t-il.

De retour au fenua, Eto décide de s’engager pour la préservation de l’environnement. Même si la Polynésie est moins polluée que d’autres endroits du monde, il estime que la population a sa part de responsabilité. “J’essaie de ramasser des déchets avant d’aller surfer une fois par mois. C’est ma contribution pour préserver notre paradis. Voici du coup mon message, si chacun faisait sa part chaque jour même un petit peu. Eh bien ça ferait plus de 200 000 actions pour mère nature. Tu imagines ça à l’échelle planétaire ça ferait des millions de gestes écologiques !”

La chanson ‘A fa’atura i tō ‘oe fenua est née de cette prise de conscience.

Le clip qui vient de sortir a été tourné aux Tuamotu, un archipel particulièrement menacé par le réchauffement climatique et la montée des eaux. Le clip a été réalisé à Rangiroa, Kauehi et Raraka. “J’ai été soutenu par la direction de l’Environnement et par TSP. (…) Le réalisateur du clip est Edouard Malakai. Il a su matérialiser ce que j’avais en tête. J’ai préparé un scénario et il a tout de suite accepté. Je voulais un clip simple qui fasse rêver car les gens ont en besoin en ce moment. Mais un clip qui fasse aussi réfléchir sur l’impact de la pollution sur la vie humaine et sur notre nature.”

Eto a fait participer les enfants des îles à son clip. Pour l’artiste, il était important que la jeunesse ait une place : “La jeunesse représente l’espoir pour moi car ils vont réparer nos erreurs et trouver j’espère la solution pour qu’il n’y ait plus de pollution. Je remercie au passage les tāvana de chaque île ainsi que la population.”

Si la période actuelle est difficile pour les artistes en général, Eto a tout de même encore des projets : “Je prépare un autre clip pour cette fin d’année qui sera lié à la culture māòhi. La sortie est prévue pour début novembre 2021. Je prépare également un clip pour le début de l’année 2022 lié au voyage qu’ont entrepris nos ancêtres polynésiens il y a 40 000 ans. J’espère que les concerts seront possibles l’année prochaine. Je prévois un grand concert ETO sur Tahiti puis une tournée en métropole d’ici Juillet 2022.”

Des restrictions ont dû être prises pour limiter l’épidémie de covid-19 en Polynésie. Dans ce contexte où les rassemblements sont limités, la vie d’artiste est parfois compliquée… “Je fais de mon mieux pour continuer de faire vivre mon art et ma musique. Je voudrais dire un grand fa’aitoito à mes frères et sœurs musiciens de Polynésie. Ne lâchez rien et persévérez les temps sont dures mais avec du courage nous y arriverons.”

Le nouveau clip de Eto est à retrouver aussi en télévision, sur notre antenne, tous les jours jusqu’au 1er septembre.

Rédigé par

infos coronavirus