vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Des vestiges d’anciens villages abandonnés aux Tuamotu

Publié le

On retrouve des vestiges d'anciens villages dans la grande majorité des atolls des Tuamotu. Ils sont le témoin du déplacement programmé de la population des atolls. En effet, jusque dans les années 60, tout le village se déplaçait et réorganisait son quotidien à l'autre bout de ces sites afin d'exploiter les cocoteraies.

Publié le 06/02/2020 à 10:00 - Mise à jour le 07/02/2020 à 9:23
Lecture 3 minutes

On retrouve des vestiges d'anciens villages dans la grande majorité des atolls des Tuamotu. Ils sont le témoin du déplacement programmé de la population des atolls. En effet, jusque dans les années 60, tout le village se déplaçait et réorganisait son quotidien à l'autre bout de ces sites afin d'exploiter les cocoteraies.

Un terme revient souvent dans les discussions aux Tuamotu : le secteur. Il désigne trois ou quatre zones de l’atoll où la population s’installait pendant six mois pour exploiter la cocoteraie. Ce rituel a duré jusque dans les années 60. Le Paumotu était nomade sur sa propre terre, et c’est pour cette raison que l’on trouve aujourd’hui des vestiges au milieu de nulle part ou encore des églises impressionnantes -certaines ayant été récemment rénovées.

De nos jours, de temps en temps, les habitants organisent des fêtes religieuses dans ces villages abandonnés issus d’une autre époque. Des villages fantômes où des hommes ont vécu et d’autres succombé. Beaucoup de ces tombes ne portent pas de nom, mais ce qui est sûr, c’est que ces individus anonymes étaient tous des coprahculteurs ou enfants de coprahculteurs.

« Ces vestiges sont là depuis toujours. On ne sait pas qui sont réellement les familles enterrées ici. Ce sont nos ancêtres. Quand on vient au secteur, on sent leur présence » nous dit Sylvain, habitant des Tuamotu.

Les atolls polynésiens sont chargés d’histoire. Une histoire qui se dissipe au fur et à mesure que partent les témoins de cette vie incroyable des Tuamotu.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV