mercredi 20 octobre 2021
A VOIR

|

Des pièces emblématiques du patrimoine polynésien prêtées au Musée de Tahiti et des Îles

Publié le

La véritable statue du Dieu A'a de Rurutu ou encore un fragment du maro'ura, cette ceinture de plumes rouges portée uniquement par les chefs polynésiens : telles sont quelques-unes des pièces exceptionnelles qui seront prêtées au Musée de Tahiti et des Îles par plusieurs autres musées.

Publié le 15/09/2021 à 15:06 - Mise à jour le 24/09/2021 à 9:34
Lecture 2 minutes

La véritable statue du Dieu A'a de Rurutu ou encore un fragment du maro'ura, cette ceinture de plumes rouges portée uniquement par les chefs polynésiens : telles sont quelques-unes des pièces exceptionnelles qui seront prêtées au Musée de Tahiti et des Îles par plusieurs autres musées.

Dans l’optique de la réouverture de la salle d’exposition permanente du Musée de Tahiti et des Îles en 2022, plusieurs institutions muséales ont accepté de prêter diverses pièces à l’établissement pour des périodes allant de 1 à 3 ans.

Le Museum of Archeology and Anthropology de Cambridge (MMA) a confirmé le prêt de 6 objets collectés par James Cook ou par Georges Bennet de la London Missionary Society. Ces pièces sont exceptionnelles dues à leur intérêt historique et leur rareté.

Le musée du Quai Branly-Jacques Chirac a de son côté confirmé des prêts de rotation annuelle, avec notamment le dépôt renouvelable tous les 5 ans d’un fragment du maro’ura. Un to’o mata, un taavaha des Marquises et un penu des îles de la Société seront également présents pour l’ouverture de la salle d’exposition du Musée de Tahiti.

Enfin, le British Museum a également consenti à une série de prêts pour une durée de 3 ans, dont la statue du Dieu A’a de Rurutu, mais pas seulement. Parmi les prêts, on peut noter un costume de deuilleur, une ceinture de chef de Anaa, un taumi et un fare atua de l’archipel de la Société, ainsi qu’une statue de Rongo des Gambier.

Grâce à ces pièces, le Musée de Tahiti et des Îles veut s’aligner aux standards internationaux en matière de conservation préventive. Des études complémentaires ont été menées afin de garantir un système de sécurité incendie de haute performance.

A partir du 19 octobre et jusqu’au 9 janvier, une exposition intitulée “Maro’ura : un trésor polynésien” sera d’ailleurs présentée au Musée du Quai Branly, à Paris. En partenariat avec le Musée de Tahiti, l’exposition vise à faire comprendre au public parisien l’importance de cette pièce emblématique.

Les autres sujets dans le compte-rendu du conseil des ministres :
– Soutien aux municipalités : subventions de la Délégation au développement des communes
– Convention avec l’IFREMER
– Convention pluriannuelle avec l’ADEME
Interdiction permanente de mettre sur le marché des produits de vapotage et de recharge de cigarettes électroniques contenant de l’acétate de vitamine E
Ouverture de quotas spécifiques d’importation de fleurs coupées pour les fêtes de la Toussaint 2021 et de la Saint-Valentin 2022
– Indice des prix : baisse de 0,2% au mois d’août
Approbation d’une rectification du PGA de Moorea
– Subventions en faveur de 29 associations sportives et 3 associations de jeunesse
– Modification du code de l’environnement pour les installations classées
– Prêts de collections nationales et internationales pour la réouverture de la salle permanente du Musée de Tahiti et des Îles -Te Fare Manaha
– Exposition « Maro’ura : un trésor polynésien » du 19 octobre 2021 au 9 janvier 2022 au musée du quai Branly – Jacques
– Projet de loi du Pays relatif à l’enseignement des langues et la culture polynésiennes
Simplification de la procédure d’attribution de l’aide au financement du permis de conduire
Prorogation du cadre transitoire du contrôle médical de l’aptitude à la conduite

Rédigé par

infos coronavirus