mardi 17 septembre 2019
A VOIR

|

Des nœuds papillon en nacre made in Fenua

Publié le

MODE - Lancée depuis peu, Fare O Pepe est la première marque en Polynésie à proposer des nœuds papillon en nacre. Des accessoires haut de gamme festifs pour hommes.

Publié le 02/05/2019 à 13:16 - Mise à jour le 19/06/2019 à 9:36
Lecture 3 minutes

MODE - Lancée depuis peu, Fare O Pepe est la première marque en Polynésie à proposer des nœuds papillon en nacre. Des accessoires haut de gamme festifs pour hommes.

“J’ai toujours aimé avoir une belle garde-robe, et j’ai toujours apprécié avoir des objets que les autres n’ont pas. Je portais déjà des nœuds papillon en tissus et en bois, et en vivant à Tahiti, j’ai vu qu’il y avait cette matière première qui était la nacre. J’ai donc eu l’idée de créer un nœud papillon avec. Au départ, j’en ai juste créé pour moi, mais quand j’ai vu que cela plaisait beaucoup aux gens autour de moi, j’ai eu envie de me lancer” nous explique Anthony Tutard, co-fondateur de Fare O Pepe. Comme son nom l’indique, Fare O Pepe pour La Maison aux Papillons en français, propose à la vente des nœuds papillon… en nacre fabriqués localement.

“Je voulais utiliser les matières locales pour changer cet accessoire festif, et pourquoi pas, pour pouvoir le porter torse-nu (…) On est sur un produit qui est naturel, qui est encore vivant, un peu comme la perle” poursuit-il.

Rejoint depuis peu dans l’aventure par son meilleur ami Alexandre, Anthony, jeune Bordelais de 33 ans arrivé sur le fenua il y a maintenant 5 ans, a souhaité mettre en avant la nacre : “Le nœud papillon existe en bois, en métal, en pierre… mais pas en nacre. On parle beaucoup de la perle noire de Tahiti, mais il ne faut pas oublier que la mère de la perle reste la nacre”.

Plus qu’un simple accessoire de mode, les nœuds papillon de Fare O Pepe sont des pièces uniques haut de gamme, aucun ne se ressemble puisque chaque nacre travaillée est différente : “On travaille sur certains designs, mais on laisse libre court aux artisans locaux pour qu’ils expriment à fond leurs créations et cela permet d’avoir des touches différentes” précise Anthony. Pour le moment, trois artisans travaillent avec la marque : “mais à terme, on aimerait travailler avec un maximum d’artisans locaux”.

Et pour ceux qui émettraient quelques réserves quant au fait de porter de la nacre autour du cou, Anthony se veut rassurant : “On l’a travaillée de sorte que le nœud reste léger à porter et agréable”. Mais cela reste un accessoire qui demeure fragile, dont il faudra prendre soin : “comme les perles, cela peut être bien de les tremper dans la mer de temps en temps”.

À part les attaches des nœuds papillons et les tissus -bien qu’ils soient achetés en Polynésie-, les nœuds de Fare O Pepe sont made in Fenua : “Le but, c’est d’en vendre à l’international tout en gardant le made in Tahiti, c’est très important pour nous” nous dit Anthony.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FAREOPEPE (@fareopepe) le

Avec des prix oscillants entre 14 900 Fcfp et 49 900 Fcfp, les nœuds papillon deviennent de vraies pièces de collection dans les garde-robes : “Il ne faut pas oublier que la nacre a plus de 6-7 ans. C’est comme si on achetait un vin âgé, on achète un nœud papillon pour la nacre et la qualité du produit” justifie le co-fondateur de Fare O Pape.

Lancée depuis deux mois seulement, si la marque ne cible pour le moment que les hommes, elle a pour vocation de faire une gamme pour les femmes, les enfants, et pourquoi pas, les animaux.

Fare O Pepe propose également des boutons de manchettes en nacre allant de 4 500 Fcfp à 7 500 Fcfp selon les modèles. Des pinces à billets, toujours en nacre, seront bientôt disponibles.

Les commandes se font actuellement via la page Facebook de Fare O Pepe et un site internet est en cours de création. Plus tard, la marque souhaiterait avoir sa propre boutique à Tahiti.

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires