lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Des collégiens participent à la mise en valeur du marae Taputapuatea

Publié le

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

Publié le 30/05/2020 à 14:29 - Mise à jour le 30/05/2020 à 14:29
Lecture 3 minutes

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

Avec ou sans paire de gants, équipés d’une binette ou pas, la dizaine d’élèves inscrits en classe patrimoine au collège de Faaroa arpentent de long en large chaque recoin de la plateforme, à l’affût de la moindre mauvaise herbe sur le pavage du site et ses alentours.

Les élèves contribuent à la mise en valeur d’un patrimoine culturel peu connu du public, et par la même occasion, s’enrichissent de son histoire. « C’est une manière de faire connaître les autres sites importants. (…) Le grand marae Taputapuatea n’existerait pas sans ces structures, notamment cette plateforme d’archers » explique Wilfrid Sidole, professeur au collège de Faaroa.

Le travail est mené en collaboration avec les responsables du marae. Le défrichage se déroule selon des consignes bien précises afin de préserver les structures. Les élèves sont sensibilisés sur l’importance du site et les plantes qui s’y trouvent « comme le ‘auti et les fougères » précise Meari Manoi, gestionnaire du paysage culturel Taputapuatea.

Peu à peu, le site se dévoile et laisse apparaître des traces du passé laissant place à toutes les suppositions des collégiens qui s’empressent de signaler leurs découvertes aux responsables. Chacune d’elles sera prise en photo puis répertoriée en vue d’une expertise. « Je communiquerai ces éléments à la structure archéologique de Papeete pour déterminer si ce sont bien des ossements humains ou des ossements d’animaux » ajoute Meari Manoi.

Élèves et encadrants sont plus que ravis de participer à ces découvertes. « On découvre en même temps qu’eux des bouts d’os, des dents de cochons, et même des pierres… C’est une grande fierté aussi pour eux de faire toutes ces découvertes » confie Titaua Raapoto, professeur de reo tahiti.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce travail en commun servira de support pédagogique une fois en classe.

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Foncier : les modalités de cession de terres au...

Le ministre de l’Économie verte, ministre en charge des affaires foncières, Tearii Alpha, a convié le président Edouard Fritch à ouvrir, lundi, la matinée de présentation de la mesure de restitution des terres de Rurutu et de Rimatara pour les familles pouvant prétendre à disposer de droits fonciers dans ces deux îles. Cette réunion, qui a rassemblé plus de 400 personnes, s’est tenue dans un des amphithéâtres de l’Université de la Polynésie française, à Punaauia.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV