mardi 11 mai 2021
A VOIR

|

Décès du musicien Tom Urima

Publié le

Il était très apprécié dans le monde de la Culture : le percussionniste et chef d'orchestre Tom Urima est décédé ce mardi matin. Pilier des orchestres du Conservatoire, de Heikura Nui et de Hei Tahiti durant des années, mais aussi fabricant d'instruments, il a œuvré, tout au long de sa vie, pour faire vivre la musique traditionnelle.

Publié le 28/01/2020 à 8:55 - Mise à jour le 30/01/2020 à 8:42
Lecture 2 minutes

Il était très apprécié dans le monde de la Culture : le percussionniste et chef d'orchestre Tom Urima est décédé ce mardi matin. Pilier des orchestres du Conservatoire, de Heikura Nui et de Hei Tahiti durant des années, mais aussi fabricant d'instruments, il a œuvré, tout au long de sa vie, pour faire vivre la musique traditionnelle.

Il a consacré toute sa vie à la musique et donné la cadence à des générations de danseurs : Tom Urima est décédé, ce mardi, à l’âge de 72 ans.

Musicien durant 32 ans au sein de l’orchestre du Conservatoire artistique de la Polynésie, il a joué avec et pour les plus grands : Coco Hotahota, Iriti Hoto et Julien Faatauira. L’artiste a remporté plusieurs prix pour ses compositions et réalisations.

Tom Urima s’est lancé dans la musique à l’âge de 10 ans avec Madeleine Moua. Il a mené l’orchestre de Temaeva à ses débuts, puis a dirigé l’orchestre de Heikura Nui et celui de Hei Tahiti. Il connaissait les pehe mais aussi les pahu tupai, to’ere et tariparau comme personne. Méticuleux, il aimait travailler le bois et confectionner quelques un des ces instruments, que l’on retrouve aujourd’hui sur la scène de To’ata : de véritables œuvres d’art souligne le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, pour qui il demeurera  » l’un des plus grands constructeurs et créateurs d’instruments traditionnels : ses sculptures – toere, tari parau, faatete – étaient de véritables œuvres d’art, réputées et recherchées ». Il rappelle également les honneurs qui lui avaient été rendus lors de son départ du Conservatoire :  » Il y était resté jusqu’à sa retraite, fêtée en juin 2013, place To’ata, en même temps que Mamie Louise Kimitete, le regretté Julien Faatauira et Noël Teparii (…) Je me rappellerai longtemps de cet homme humble, toujours présent, toujours juste dans sa connaissance de la musique, et dont le caractère, pétillant et enjoué, détendait l’atmosphère. La voix de Tom, forte et pleine d’humour, résonnera longtemps dans mon cœur », conclut le ministre.

Ce musicien hors pair a transmis sa passion à ses enfants : Heremoana, son fils, enseigne les percussions au Conservatoire artistique et se dit fier de ce que lui a transmis son père. Tom Urima avait quatre enfants : deux filles et deux garçons.

Une première veillée aura lieu ce soir au Fare Amuiraa Epene Etera à partir de 19h.

infos coronavirus