A VOIR

|

Vers un partenariat État-Pays pour soutenir les métiers d’arts

Publié le

Jeudi 19 janvier 2023 s’est tenue la 1ère réunion du comité de pilotage (COPIL) de la convention cadre Etat-Pays pour le domaine de la culture. L'occasion de faire le bilan du soutien de l'État au secteur culturel en Polynésie française.

Publié le 20/01/2023 à 9:50 - Mise à jour le 20/01/2023 à 10:11
Lecture < 1 min.

Jeudi 19 janvier 2023 s’est tenue la 1ère réunion du comité de pilotage (COPIL) de la convention cadre Etat-Pays pour le domaine de la culture. L'occasion de faire le bilan du soutien de l'État au secteur culturel en Polynésie française.

En présence des représentants des services administratifs et des établissements publics concernés par ce partenariat, cette 1ère réunion portait sur le bilan d’exécution de la convention 2017-2022 et la définition des orientations stratégiques attenantes au renouvellement de la convention pour la période 2023-2028.

Pour rappel, jusqu’aux années 2000, les établissements publics culturels locaux percevaient des crédits du ministère national de la culture pour le développement de programmes relatifs au livre et à la lecture publique, au théâtre ou encore à l’archéologie.

Parmi les engagements de l’État, la signature en 2017 de la convention cadre et l’installation d’une Mission d’appui culturel (MAC) au sein du Haut-commissariat de la République en Polynésie française.

Dès lors, plusieurs associations et acteurs culturels locaux, ainsi que des établissements comme Te Fare Upa Rau – le Conservatoire artistique de Polynésie française et Te Fare Manaha – le Musée de Tahiti et des îles, ont pu bénéficier directement d’un soutien financier de l’État pour leurs projets et/ou programmation annuels. 

(Crédit Photo : Présidence de la Polynésie française)

Au terme des cinq années de mise en œuvre de la 1ère convention cadre 2017-2022, le montant total des financements alloués s’élève à plus de 240 millions Fcfp, soit 27% du budget dédié au développement de la culture en Polynésie française.

Aujourd’hui, il est question de renforcer davantage ce partenariat en l’étendant notamment aux métiers d’arts.