samedi 27 novembre 2021
A VOIR

|

Culture et soins traditionnels avec Simone Grand et Moearii Darius

Publié le

Elles étaient les invitées de notre plateau dimanche soir : l'auteure et anthropologue Simone Grand ainsi que sa fille Moearii Darius, auteure de "Tupuna, voyage sur les traces des ancêtres à Tahiti et dans les îles" partagent leurs connaissances sur les soins traditionnels et la culture polynésienne.

Publié le 01/11/2021 à 11:34 - Mise à jour le 01/11/2021 à 11:36
Lecture 2 minutes

Elles étaient les invitées de notre plateau dimanche soir : l'auteure et anthropologue Simone Grand ainsi que sa fille Moearii Darius, auteure de "Tupuna, voyage sur les traces des ancêtres à Tahiti et dans les îles" partagent leurs connaissances sur les soins traditionnels et la culture polynésienne.

Simone Grand, votre livre “Tahu’a, tohunga, kahuna – Le monde polynésien des soins traditionnels” publié une première fois en 2013, a été réédité cette année. C’est un ouvrage qui parle des soins traditionnels, quelle place occupent-ils dans la société polynésienne d’aujourd’hui ?

“Pour savoir quelle place ils occupent, il faut savoir quels sont les soins qu’on appelle “traditionnels” et ceux qui ne le sont pas. Il faut bien distinguer parce qu’on appelle “traditionnels” des soins qui ne sont pas du tout polynésiens. Il est important de bien nommer les choses parce que l’objectif de cette étude qui aboutie à un livre, c’est de créer un lien entre la biomédecine, la médecine internationale et la médecine traditionnelle”.

Est-ce qu’il y a beaucoup de différence en fin de compte entre ces deux médecines ?

“Leur objectif est de soulager la souffrance. Toutes les deux, à leur manière, elles aboutissent à ce résultat. Et c’est pour décrire le chemin choisi par chacune, en particulier celui qui n’a pas été connu ou qui a été mal raconté, que j’ai fait ce travail qui a duré 4 ans”.

Moearii Darius, votre ouvrage “Tupuna, voyage sur les traces des ancêtres à Tahiti et dans les îles” vient de sortir. Un ouvrage qui a demandé des années de travail et de recherches. Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

“Comme la plupart des personnes de ma génération, je n’ai pas appris l’Histoire de mon pays à l’école et je pense que ce constat est valable pour des générations avant moi et même des générations qui viennent après moi. C’est vrai que le passé a toujours été un mystère et j’ai eu l’opportunité il y a des années de suivre un diplôme universitaire à l’UPF : “connaissance et préservation des patrimoines naturels, culturels et historiques”. Et là, en fait, le voile s’est levé. J’ai appris tellement de choses, j’ai eu envie de les partager avec les autres. Je suis issue du monde du tourisme donc j’ai eu la chance de parcourir beaucoup d’îles, d’apprendre beaucoup. Et je suis issue aussi du monde de la culture, avec ma mère, la danse. J’ai aussi fait plusieurs années en tant que membre sur la pirogue Faafaite. J’avais déjà accès à beaucoup de connaissances mais c’est vrai que cette formation a été comme un déclencheur pour moi. Et suite à cela, j’ai vraiment voulu faire un livre qui soit facile à lire et accessible à tous avec des photos, des schémas. […] J’ai voulu partager tout ce que j’ai appris, en tout cas une partie, et mon étonnement aussi sur l’Histoire mais aussi sur tous les patrimoines. Ils sont beaucoup plus riches que tout ce qu’on imagine. Je pense que pour pouvoir les préserver, il faut les connaître”.

infos coronavirus