dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Continuité pédagogique : comment le Conservatoire s’organise ?

Publié le

La continuité pédagogique ne concerne pas que les établissements scolaires. Le Conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) a lui aussi dû s’adapter pour continuer de dispenser ses cours via Internet. Une nouvelle méthode de travail qui fonctionne pour 91% de ses élèves.

Publié le 23/04/2020 à 13:46 - Mise à jour le 23/04/2020 à 14:05
Lecture 2 minutes

La continuité pédagogique ne concerne pas que les établissements scolaires. Le Conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) a lui aussi dû s’adapter pour continuer de dispenser ses cours via Internet. Une nouvelle méthode de travail qui fonctionne pour 91% de ses élèves.

Le confinement avait à peine été annoncé que le Conservatoire travaillait déjà sur la mise en place de sa continuité pédagogique. Mais avec près de 2 000 élèves inscrits et une trentaine de disciplines à enseigner, ce n’était pas une mince affaire. « Parce qu’on n’a pas d’équivalent en Polynésie, on a regardé un peu ce qui se faisait en France, mais ça ne nous convenait pas. Donc c’est pour ça qu’on a laissé chaque professeur adopter la meilleure méthode qui peut convenir à leur instrument, à leur cours. Et puis au niveau de l’administration, nous avons préparé un tableau de bord avec le suivi de chaque élève du Conservatoire, avec les résultats attendus, les objectifs spécifiques pour chaque cours, et toutes les semaines les professeurs renseignent ce tableau de bord » explique Fabien Dinard, directeur du Conservatoire.

Du côté des arts traditionnels où il y a plus de cours collectifs qu’individuels, les enseignants ont privilégié la création de groupes fermés sur Facebook où ils peuvent poster leurs vidéos d’instruction et de démonstration.

« Au niveau de la danse, tous les enseignants y participent en publiant des séquences de travail. Au niveau du ukulele, pareil, au niveau des percussions, pareil, au niveau de l’art oratoire, pareil, et également du chant. Toutes les sections au niveau des arts traditionnels y participent et je pense qu’avec ce moyen également, les parents voient le travail qui se fait en cours. Normalement, c’est un travail qui devrait être une surprise, et vu le confinement, c’est plus une surprise, mais c’est pas grave ! » précise Vanina Ehu, responsable du département des arts traditionnels.

Cette nouvelle méthode de travail a révélé un avantage non négligeable. Pour les cours de ‘ori tahiti, par exemple, les vidéos envoyées par les élèves permettent aux enseignants de mieux corriger les postures et l’exécution des pas. Mais une chose est sûre, les 900 élèves des arts traditionnels ont laissé un petit vide derrière eux. « On a tellement l’habitude de travailler en groupe que du coup, ne plus les avoir en face de soi, ça change carrément. Tu sens qu’il y a un manque… parce que de temps en temps, comme on dit, tu as envie hoa de les hau’a quoi ! » ajoute Vanina Ehu.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV