mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Comment sont notées les prestations au Heiva

Publié le

Publié le 20/07/2017 à 15:13 - Mise à jour le 20/07/2017 à 15:13
Lecture 2 minutes

Il existe un livret qui contient l’ensemble du règlement et des critères qui permettent les évaluations par le jury.  Parmi ces critères : la limite du temps des prestations.  Chaque groupe de chants traditionnels doit se produire au moins 20 minutes. Sur les seize groupes cette années, quatre ont respecté ce critère. 

Mais le travail du jury, n’est pas si simple. Steve Chailloux, membre du jury 2017, nous l’explique. « Nous ne sommes pas des machines. Nous n’appliquons pas froidement le règlement. On sait aussi tous les enjeux qu’il y a derrière cela, et on sait aussi juger un spectacle au niveau de son expressivité et des émotions qu’il nous procure. C’est quand même cela l’essentiel dans un spectacle de danse et dans tous les domaines de l’art. »

Pour Matani Kainuku, président du jury 2017, « Pour un groupe de danse, avoir un thème, est le critère essentiel ». Un thème basé sur l’histoire d’un district, d’un personnage historique. « Autre critère important, ce sont les aparima, puisque grâce à ceux-ci, les danseurs vont nous montrer qu’ils ont compris leur thème, qu’ils savent chanter et qu’ils savent danser ce qu’ils expriment. »

L’expression écrite et l’expression orale sont tout aussi importantes que la mise en scène. « C’est la raison pour laquelle nous avons pensé au niveau du jury d’intégrer dans les critères de notation des thèmes, des critères d’orthographe et de grammaire, pour faciliter l’exploitation future de ces thèmes, de ces chants au niveau des écoles qui voudraient lire et s’approprier ces choses-là. Je pense que c’est important. » estime Steve Chailloux.

Ce travail permettra de faciliter la transmission et la valorisation de cette littérature.  Une littérature  qui sera peut-être un jour mise à la disposition du grand public.
 

Rédaction Web avec Matahi Tutavae et Juliano Tautu

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV