samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Comment sont notées les prestations au Heiva

Publié le

Publié le 20/07/2017 à 15:13 - Mise à jour le 20/07/2017 à 15:13
Lecture 2 minutes

Il existe un livret qui contient l’ensemble du règlement et des critères qui permettent les évaluations par le jury.  Parmi ces critères : la limite du temps des prestations.  Chaque groupe de chants traditionnels doit se produire au moins 20 minutes. Sur les seize groupes cette années, quatre ont respecté ce critère. 

Mais le travail du jury, n’est pas si simple. Steve Chailloux, membre du jury 2017, nous l’explique. « Nous ne sommes pas des machines. Nous n’appliquons pas froidement le règlement. On sait aussi tous les enjeux qu’il y a derrière cela, et on sait aussi juger un spectacle au niveau de son expressivité et des émotions qu’il nous procure. C’est quand même cela l’essentiel dans un spectacle de danse et dans tous les domaines de l’art. »

Pour Matani Kainuku, président du jury 2017, « Pour un groupe de danse, avoir un thème, est le critère essentiel ». Un thème basé sur l’histoire d’un district, d’un personnage historique. « Autre critère important, ce sont les aparima, puisque grâce à ceux-ci, les danseurs vont nous montrer qu’ils ont compris leur thème, qu’ils savent chanter et qu’ils savent danser ce qu’ils expriment. »

L’expression écrite et l’expression orale sont tout aussi importantes que la mise en scène. « C’est la raison pour laquelle nous avons pensé au niveau du jury d’intégrer dans les critères de notation des thèmes, des critères d’orthographe et de grammaire, pour faciliter l’exploitation future de ces thèmes, de ces chants au niveau des écoles qui voudraient lire et s’approprier ces choses-là. Je pense que c’est important. » estime Steve Chailloux.

Ce travail permettra de faciliter la transmission et la valorisation de cette littérature.  Une littérature  qui sera peut-être un jour mise à la disposition du grand public.
 

Rédaction Web avec Matahi Tutavae et Juliano Tautu

infos coronavirus