vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

L’Académie tahitienne intègre officiellement ses 4 nouveaux membres

Publié le

Quatre nouveaux membres pour l'Académie tahitienne. Elus en juin dernier, ils ont été officiellement intégrés ce vendredi. Un moment émouvant pour cette institution créée en 1972 qui est en charge de la conservation et la promotion de la langue tahitienne. Ces membres ont été particulièrement sollicité pour trouver de nouvelles traductions aux termes scientifiques apparus durant la crise sanitaire.

Publié le 19/11/2021 à 16:19 - Mise à jour le 21/11/2021 à 10:06
Lecture 2 minutes

Quatre nouveaux membres pour l'Académie tahitienne. Elus en juin dernier, ils ont été officiellement intégrés ce vendredi. Un moment émouvant pour cette institution créée en 1972 qui est en charge de la conservation et la promotion de la langue tahitienne. Ces membres ont été particulièrement sollicité pour trouver de nouvelles traductions aux termes scientifiques apparus durant la crise sanitaire.


Quatre nouveaux immortels ont été intronisés ce matin à la présidence. Pauline Niva, John Mairai, Emmanuel Nauta et Thomas Teriiteporouarai font donc parti de cette prestigieuse institution qui soufflera ces 50 bougies l’année prochaine. Quatre personnalités venues de tous bords et qui ont su prouver leur valeur culturelle au fil de leur carrière. Une consécration pour ces enfants du fenua qui abordent leur nouvelle mission en toute humilité : “je viens avec un bagage mais je viens et je repars. Quand je partirai, le bagage sera plus grand. Il ne s’agit surtout pas de se contenter de dire ‘ça y est, je suis assis’. Non, non, non. C’est maintenant que le boulot commence”, déclare John Mairai.

Composée de 20 membres, l’académie travaille au quotidien pour créer de nouveaux néologismes en phase avec la société polynésienne. Elle a notamment était sollicité ces 2 dernières années pour traduire les nombreux termes scientifiques apparus durant la crise Covid : “Ne serait-ce que pour traduire (…) le nom de la maladie, ça a été l’objet d’une discussion et c’est l’académie qui a donné le mot Tovi. Et donc ça a mis tout le monde d’accord et ça a rendu neutre par rapport à la communauté chinoise qui pouvait se sentir jugée à travers les mots”, explique la présidente de l’Académie tahitienne Pauline Niva.

Les autorités du Pays ainsi que les familles ont clôturé cette matinée d’intronisation par des chants et orero avant de retourner dans leur antre pour veiller et enrichir ce patrimoine inestimable nommé Reo Tahiti…

infos coronavirus