dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

26e Heiva des écoles : la seconde soirée en images

Publié le

Percussions avec Papy Teupoo, Aratoa et Temanutiaitau pour clore de toute beauté la soirée.

Publié le 10/07/2020 à 8:25 - Mise à jour le 03/08/2020 à 14:34
Lecture 7 minutes

Percussions avec Papy Teupoo, Aratoa et Temanutiaitau pour clore de toute beauté la soirée.

En tout bien tout honneur, c’est sur l’énergie des percussionnistes petits et grands envoyant des sons rythmés de leurs instruments traditionnels de l’école Arata’i, située sur le motu de Arue, que revient le mérite de débuter le spectacle au Grand Théâtre de la Maison de la culture de Papeete.

En l’an 2000, Teupoo Temaiana, dit Papi Teupoo, réalise son rêve : ouvrir son école de percussions traditionnelles. Depuis, il enseigne, toujours dans la bonne humeur, les bases de nos musiques traditionnelles à ses élèves, mais aussi des techniques de frappe, l’apprentissage du rythme et le perfectionnement de l’oreille musicale. Car à l’école Arata’i, techniques de bases et maîtrise de son instrument précéderont toujours l’effort créatif. C’est comme cela que la culture perdurera, dit Papi Teupoo, en lui assurant un socle bien ancré sur lequel elle peut se reposer. « la relève c’est vous les jeunes, nous on ne fait que passer… C’est à vous d’assurer le futur de notre culture ».

Salle comble et carton plein pour l’école Arato’a de Kehaulani Chanquy, sise sur le motu de la commune de Arue, qui enchaîne sur une magistrale prestation de danse avec ses danseurs et danseuses venu en très grand nombre, plus de 100 dont les plus jeunes ont 3 ans, vêtus de costumes et aux coiffes végétales somptueuses, cela pour le plus grand plaisir du public. Depuis la création de son école de danse en l’année de grâce 2000, c’est toujours avec un bonheur et un plaisir non dissimulé qu’exprime la directrice et chorégraphe Kehaulani pour sa énième participation au Heiva des écoles. Assistée de Matatini Mou et Maima Normand qui enseignent la danse aux filles puis Sven Janssen pour les garçons, les enchaînements chorégraphiques, réglés comme du papier à musique, ont confirmé une fois de plus l’immense talent d’une équipe soudée et passionnée.

Poura Le Gayic est la fondatrice de l’école de danse Temanutiaitau, située à Paea. En 2013, elle obtient son diplôme d’étude traditionnelle et une médaille d’or des arts traditionnels, grâce aux formations reçues de Mamie Louise, Vaehakaiki Urima, Vanina Ehu et Erena Uura, qu’elle remercie très chaleureusement.
En avril 2015, l’école de danse ouvre ses portes. La directrice est aujourd’hui très fière et heureuse de transmettre à son tour cette fortune du patrimoine polynésien. En novembre 2017, l’école a participé au Ori Solo competition en catégorie mehura école et elle est arrivée 2ème au classement. Après une année riche en apprentissage, c’est avec bonheur que chaque élève a dansé devant le public lors de cette 4ème participation au Heiva des écoles.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV