jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

26e Heiva des écoles : La première soirée en images

Publié le

Les écoles 'Ori Maitai, Hei 'Ori et Manahere entrent dans la danse pour un public venu en masse mais aussi masqués. Protocole sanitaire et engouement culturel seront de pair au Grand Théâtre de la Maison de la culture.

Publié le 09/07/2020 à 1:23 - Mise à jour le 09/07/2020 à 9:27
Lecture 6 minutes

Les écoles 'Ori Maitai, Hei 'Ori et Manahere entrent dans la danse pour un public venu en masse mais aussi masqués. Protocole sanitaire et engouement culturel seront de pair au Grand Théâtre de la Maison de la culture.

C’est aux élèves de l’école ‘Ori Maitai de Merehau Cugnet que reviennent l’honneur d’ouvrir le bal. Pour sa première participation au Heiva, cette école de la commune de Mahina a décidé de donner le ton en offrant au public le fruit de son travail avec une belle prestation préparée de longue date.

L’école de danse Hei ‘Ori existe depuis août 2008 et a fait son premier Heiva des écoles en 2009. Elle rassemble aujourd’hui près de 120 élèves, filles et garçons. L’école de danse Hei ‘Ori s’inscrit dans une démarche d’accompagnement des danseurs souhaitant participer au Heiva i Tahiti et fouler cette scène mythique de To’atā.

Hei’Ori a vu le jour en ayant pour objectif de former de futurs danseurs du Heiva pour leur permettre de s’approprier le Ori Tahiti et les sensibiliser à leur identité culturelle.

Depuis 2015, l’école a su répondre à cet objectif, puisque certains des inscrits ont intégré la troupe TEVA I TAI et bien d’autres groupes de Taiarapu. La joie de danser le ‘Ori Tahiti en est une fierté. Pour le spectacle de ce soir, les sentiments de gaieté et de cri du cœur constituent le thème choisi par Heimoana METUA, secondée par Poeiti SERRE et Yasmina TCHEOU.

La soirée se clôture de bien belle façon avec la dynamique et non moins gracieuse prestation des danseuses et danseurs de l’école Manahere de Poehere Roomataaroa.

Créée en avril 2013, l’école de danse Manahere, située à Punaauia au centre commercial Tamanu, comptabilise cette année plus de 100 danseurs et danseuses. C’est sa 7ème participation au Heiva des écoles.

Manahere c’est aussi un groupe composé de danseuses et musiciens professionnels. Pour sa première participation au Hura Tapairu en 2017, il a remporté le 4ème prix en catégorie mehura. L’école, qui a encore de belles années devant elle, souhaite poursuivre son évolution tant sur le plan local qu’international.

Par amour pour notre belle culture, la directrice et chorégraphe Poehere Roomataaroa ainsi que son assistante Hinarii Tihoni, ont œuvré durant plusieurs mois avec passion pour que leurs élèves offrent un spectacle de qualité. Cette année l’école Manahere a décidé de ne pas s’imposer de thème mais de laisser la créativité s’envoler librement.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV