mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au 3 novembre

Publié le

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Publié le 20/10/2019 à 10:49 - Mise à jour le 20/10/2019 à 15:58
Lecture 2 minutes

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

C’est la 18ème fois que le salon des Australes est organisé à Tahiti. Comment se profile cette nouvelle édition ?
« Samedi matin, nous avions notre dernière réunion pour donner les consignes avant la préparation de l’ouverture du salon 2019. »

Un point important notamment sur la décoration du hall de l’Assemblée dans le cadre de ce salon, c’est une première cette année ?
« Exactement. Cette année, le thème qu’on a gardé vient de l’île de Raivavae : « Valoriser les bienfaits de la terre et de la mer », toujours en travaillant dans l’artisanat. Et le premier concours qu’on lance à partir de lundi 21 octobre, c’est la décoration, qui va durer deux semaines. Les fédérations devront montrer leur savoir-faire, à partir du thème que l’on a donné cette année. »

Comment cela va se traduire concrètement ? Les produits qui sont confectionnés doivent être adaptés au thème retenu ?
« Tous les concours cette année sont adaptés suivant le thème, ainsi que les produits. »

On parle de cinq îles de l’archipel des Australes, qui participent à cette exposition. On imagine que c’est un travail laborieux de faire venir autant d’artisans et surtout de marchandises jusqu’à Tahiti ?
« On travaille toujours un an à l’avance. (…) C’est une île, un container… Il y aussi les demandes à faire au niveau du transport aérien et maritime. (…) »

Ils sont toujours aussi nombreux à vouloir participer à cette exposition ? Les jeunes aussi se lancent dans la pratique de l’artisanat ?
« Plus les années passent et plus les jeunes viennent et s’intéressent à l’artisanat. Il y a 70 exposants cette année et chaque île a ramené ses jeunes. On espère augmenter encore le nombre de jeunes l’année prochaine. »

Avez-vous changé votre façon de confectionner les produits en les adaptant éventuellement à ce qui se fait aujourd’hui ?
« Comme on dit chez nous, les Australes inventent tout : paniers, chapeaux, peue, couronnes… Il y en a de toutes les couleurs. Vous n’allez pas le regretter. Rendez-vous lundi à 10 heures pour l’ouverture. (…) Et nous fermerons le dimanche 3 novembre à 17 heures. »

Le programme du salon :

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les échéances de certains impôts pour 2020 reportées de...

Le Conseil des ministres a pris un arrêté instituant le report de deux mois des échéances de nombreux impôts pour l’année 2020, représentant près de 6,5 milliards de Fcfp.

Des collégiens participent à la mise en valeur du...

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV