jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Violences conjugales : un Grenelle spécifique pour les Outre-mer

Publié le

Un "Grenelle des violences conjugales" spécifique aux territoires d'outre-mer, particulièrement touchés par ce fléau, aura lieu d'ici au 25 novembre, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale.

Publié le 10/09/2019 à 16:02 - Mise à jour le 10/09/2019 à 16:12
Lecture 2 minutes

Un "Grenelle des violences conjugales" spécifique aux territoires d'outre-mer, particulièrement touchés par ce fléau, aura lieu d'ici au 25 novembre, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale.

« Nous allons organiser un Grenelle des violences conjugales spécifique sur les territoires d’outre-mer d’ici au 25 novembre », avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin, a indiqué Marlène Schiappa, répondant lors des questions au gouvernement à la députée Modem de Guadeloupe, Justine Benin.

« Dans certains territoires, les violences faites aux femmes ont largement explosé, et je pense singulièrement aux outre-mer, comme la Polynésie française où les taux de violence conjugale atteignent 14% de la population, ou chez moi en Guadeloupe, où les chiffres ont bondi de 27% l’année dernière »,

avait souligné auparavant la députée. 

« Nous avons pleinement conscience de la situation, que vous avez parfaitement bien décrite, et qui a été profondément analysée dans un rapport du CESE (Conseil économique, social et environnemental), il y a environ trois ans sur notamment les liens d’interdépendance économique qui empêchent les femmes de pouvoir quitter le domicile quand elles cohabitent avec un conjoint violent », a assuré Marlène Schiappa. 

« Ce Grenelle des violences conjugales spécial outre-mer viendra en complément des contrats locaux contre les violences qui ont déjà été signés, notamment à La Réunion et en Martinique. Nous attendons la signature en Guadeloupe », a-t-elle ajouté.

Selon une étude du CESE de 2017, les violences faites aux femmes sont plus nombreuses en Outre-mer qu’en métropole. Ainsi, si 2,3% des habitantes de l’Hexagone ont été victimes d’agressions physiques par leur (ex-)conjoint durant les 12 derniers mois, ce taux monte à 17% en Polynésie française et à 19% en Nouvelle-Calédonie. La Réunion et la Martinique affichent en revanche des taux proches de celui de la métropole.

7% des résidentes en Polynésie victimes d’agression sexuelle par leur conjoint

De même, selon ce rapport, 7% des résidentes en Polynésie et 7,2% des Calédoniennes ont été victimes d’agression sexuelle par leur conjoint au cours des 12 derniers mois, soit huit fois plus qu’en France métropolitaine, où ce taux s’élève à 0,8%.

Pour expliquer cette différence, le rapport souligne le rôle particulier de « l’insularité et l’éloignement ». Sur les îles d’outre-mer, les mesures d’éloignement sont par définition plus difficiles à appliquer, les victimes et leurs agresseurs vivant en vase clos.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV