samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo : Tentative d’attentat sur les Champs-Élysées

Publié le

Publié le 18/06/2017 à 6:55 - Mise à jour le 18/06/2017 à 6:55
Lecture < 1 min.

La voiture, une berline de couleur claire, s’est embrasée lors de la collision avec le fourgon des gendarmes près du rond-point de la célèbre avenue parisienne, ce lundi vers 16h.

Le corps de l’assaillant de 31 ans, gisait sur le ventre au milieu de la chaussée. Un peu plus loin, après une opération de déminage, la police fouillait le véhicule, portes et coffre ouverts, a constaté une journaliste de l’AFP. 

Selon des sources policières, une bonbonne de gaz, une kalachnikov et deux armes de poing ont été trouvées dans le véhicule. Il s’y trouvait « un certain nombre d’armes, d’explosifs permettant éventuellement de pouvoir faire sauter cette voiture », a indiqué de son côté le ministre.

« Une nouvelle fois, les forces de sécurité en France ont été visées avec cette tentative d’attentat sur les Champs-Élysées. Un escadron de gendarmes mobiles de Chaumont descendait les Champs-Élysées quand un individu a percuté la voiture de tête », a précisé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.
Cette nouvelle attaque dans un pays qui vit sous le régime exceptionnel de l’état d’urgence depuis novembre 2015 intervient deux jours avant la présentation en Conseil des ministres d’une nouvelle loi antiterroriste. Depuis janvier 2015, la France est visée par la violence jihadiste, avec une vague d’attentats qui a fait au total 239 morts, les derniers visant tout particulièrement les forces de l’ordre.

Rédaction web avec AFP 
 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.