fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Vers la détention illimitée d’enfants migrants aux États-Unis

Publié le

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi qu'il comptait retirer les strictes limites régissant le temps passé en centres de rétention par les enfants migrants, nouvelle initiative controversée dans sa politique de fermeté face à l'immigration clandestine.

Publié le 21/08/2019 à 10:59 - Mise à jour le 21/08/2019 à 11:40
Lecture 3 minutes

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi qu'il comptait retirer les strictes limites régissant le temps passé en centres de rétention par les enfants migrants, nouvelle initiative controversée dans sa politique de fermeté face à l'immigration clandestine.

Associations de défense des droits humains et opposition démocrate ont immédiatement dénoncé cette initiative, promettant de combattre en justice la nouvelle règle, qui doit encore être révisée par un juge fédéral. 

Le ministère américain de la Sécurité intérieure veut mettre fin à une décision judiciaire de 1997, dites “Flores”, imposant aux autorités fédérales de ne pas maintenir en détention les enfants plus de 20 jours. Une nouvelle règle, qui doit être mise en œuvre sous 60 jours, ne limitera plus le temps passé par les enfants ou leurs familles en centres de rétention. 

Il s’agit, pour le gouvernement de Donald Trump, de décourager les migrants qui affluent en nombre record à la frontière avec le Mexique, avec l’espoir d’être relâchés rapidement après leur arrestation s’ils sont avec des enfants, et de pouvoir ainsi rester aux États-Unis. “Pour protéger ces enfants face aux abus et arrêter le flot illégal” de migrants, “nous devons mettre un terme à ces vides juridiques”, a déclaré Donald Trump, selon un communiqué de la Maison Blanche. “Il s’agit d’un besoin humanitaire urgent.” 

Aux prises avec l’arrivée chaque mois à la frontière américaine de dizaines de milliers de migrants, le gouvernement républicain de Donald Trump a séparé des enfants de leurs parents, gardés eux en rétention, au nom du respect de la norme “Flores”.

La réforme annoncée mercredi vise à “s’assurer que les familles étrangères puissent être ensemble pendant les formalités migratoires”, affirme la Maison Blanche. “Cette nouvelle règle garantira que les enfants étrangers sont en sécurité et que l’on prend bien soin d’eux en détention”

(Crédit photo : Brendan Smialowski / AFP)

“Nous avons vu cette année un flot inédit de familles, venant surtout d’Amérique centrale, arriver à notre frontière du sud-ouest”, a expliqué en conférence de presse Kevin McAleenan, le ministre par intérim de la Sécurité intérieure. 

Près de 475 000 migrants arrivés en famille ont été interpellés entre octobre 2018 et juillet, soit trois fois plus que le record précédent, a-t-il déclaré.

La règle “Flores” a “généralement forcé les autorités à relâcher les familles dans le pays après 20 jours, encourageant les entrées illégales”, a-t-il affirmé, alors que les formalités migratoires peuvent prendre des mois, voire des années. 

“Une attaque cruelle contre les enfants”

Les organisations de défense des droits humains ont immédiatement annoncé qu’elles combattraient en justice l’abrogation de la norme “Flores”. “Il s’agit d’une nouvelle attaque cruelle contre les enfants” migrants, a dénoncé une responsable de l’organisation de défense des libertés ACLU, Madhuri Grewal. “Le gouvernement ne devrait pas emprisonner des enfants, et devrait encore moins chercher à mettre plus d’enfants en prison, pendant plus longtemps”, a-t-elle ajouté.

Des parlementaires démocrates ont appelé les tribunaux à “stopper immédiatement cette action illégale”. “Il n’y a aucune justification à la détention indéfinie des enfants et aucune excuse pour le traumatisme que cette politique va infliger aux familles”, a réagi le chef du parti démocrate, Tom Perez. 

Plus de 900 enfants migrants séparés de leurs familles

Donald Trump avait provoqué une forte indignation, y compris au sein des rangs républicains, en 2018 avec la mise en place de sa politique de séparation des familles. Le républicain est depuis revenu sur cette politique. Mais plus de 900 enfants migrants ont toutefois été séparés de leurs familles à la frontière entre les États-Unis et le Mexique depuis un an, avait affirmé fin juillet le puissant groupe américain de défense des droits civiques ACLU. 

Sous les gouvernements du démocrate Barack Obama (2009-2017) et du républicain George W. Bush (2001-2009), des enfants avaient aussi été séparés des adultes avec lesquels ils étaient entrés aux États-Unis mais de façon plus exceptionnelle, notamment quand la relation filiale n’avait pu être établie. 

Barack Obama a beaucoup plus expulsé que ses prédécesseurs, avec au moins 2,4 millions de personnes raccompagnées à la frontière ou renvoyées dans leur pays.

SourceAFP

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X