lundi 17 mai 2021
A VOIR

|

Vanuatu : le président du pays annule la grâce donnée en son absence

Publié le

Publié le 16/10/2015 à 12:01 - Mise à jour le 16/10/2015 à 12:01
Lecture < 1 min.

Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, a annoncé vendredi qu’il annulait la grâce accordée en son absence à 14 députés, condamnés pour corruption, rapporte Radio Australie. 
 

Peu après l’annonce du président, la police a arrêté 11 élus et 3 avocats, soupçonnés d’avoir « comploté en vue d’entraver le cours de la justice ». Selon Radio Australie le vice-Premier ministre d’origine tahitienne, Moana Carcasses, ne fait pas partie des députés arrêtés.
 
Le président du Parlement, Pipite Marcellino occupe les fonctions de président du Pays en l’absence de Baldwin Lonsdale. Il y a peu, Pipite Marcellino a profité de ses pouvoirs temporaires pour annuler sa condamnation pour corruption, ainsi que celle de 13 autres députés… A son retour au Vanuatu, le président a promis qu’il agirait rapidement pour « mettre fin à ces comportements malhonnêtes ». 

Baldwin Lonsdale s’est appuyé sur l’article 38 de la Constitution du Vanuatu  : « Le président de la République dispose du droit de grâce, du droit de commuer ou de réduire les peines infligées à tout condamné. Le Parlement peut instituer une commission chargée de conseiller le président de la République dans l’exercice de cette fonction. » Selon la Constitution, la grâce s’applique donc à la peine, et non à la condamnation. Le président du Vanuatu a ainsi pu annuler la grâce accordée en son absence. 

 
Les députés condamnés pour corruption devraient connaître leurs peines jeudi prochain, rappelle Radio Australie.
 
 

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...