samedi 24 août 2019
A VOIR

|

Une étude révèle que l’aquaculture est pratiquée depuis plus de 3 500 ans

Publié le

Publié le 15/10/2018 à 14:04 - Mise à jour le 15/10/2018 à 14:04
Lecture 2 minutes

En étudiant une centaine de dents de dorades à tête dorée retrouvées sur plusieurs sites archéologiques en Israël, les chercheurs de l’université de Haïfa (Israël) et des universités de Mayence et Göttingen (Allemagne) ont pu démontrer que ces poissons avaient été élevés dans un lagon dans le nord du Sinaï, en Égypte, indique un communiqué sur cette étude publié ce mardi 16 octobre.

>>> Lire aussi : Aquaculture : une procédure simplifiée pour aider les petites structures à se lancer

Selon le Dr Guy Bar-Oz, professeur d’archéologie à l’université de Haïfa et l’un des auteurs de cette recherche, les scientifiques pensent que l’élevage de poissons tilapias était également pratiqué il y a 4 000 ans en Chine, mais leur découverte est la première preuve de l’utilisation de cette méthode à une période aussi ancienne. À travers l’observation des différents types d’atomes de l’oxygène dans les dents des dorades, les scientifiques ont déduit qu’ils avaient “vécu au moins quatre mois” dans un lagon fermé, a-t-il indiqué à l’AFP. 

Les éleveurs pratiquaient l’aquaculture traditionnelle : ils “trouvent un lagon où les poissons viennent, et le ferment” pour quelques mois. Après “vous pouvez facilement les collecter”, explique le professeur. Cette technique est toujours utilisée aujourd’hui dans le même lagon du Sinaï.

>>> Lire aussi : Aquaculture : le groupe Grimaud veut s’implanter en Polynésie

Il y a 3 500 ans, le gabarit des poissons, largement disparate auparavant, se standardise. Les poissons importés d’Égypte ont alors tous “la taille d’une assiette”, “aux alentours de 500 grammes et 40 cm de long, exactement ce que nous observons chez les poissons élevés en aquaculture moderne”, remarque Dr Irit Zohar, de l’université de Haïfa, co-auteur de l’étude. 

La plupart des poissons retrouvés par les scientifiques provenaient de l’aquaculture et non pas de la pêche locale.

Rédaction web avec AFP

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Super Aito : Steeve Teihotaata compte bien conserver son...

Ce samedi sur Tahiti Nui Télévision, vous pourrez suivre en direct le Super aito 2019. Plus de 160 rameurs sont attendus pour la "course V1" de l’année. Parmi eux, le champion en titre Steeve Teihotaata :

Comment lutter contre les “fake news” ?

Si les fausses informations circulaient déjà bien avant l’avènement des réseaux sociaux, depuis leur arrivée, on ne compte plus le nombre d’intox. Véritable fléau, les "fake news" font hélas partie du quotidien des internautes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV