A VOIR

|

Une baleine à la colonne fracturée nage du Canada à Hawaii

Publié le

Moon, une baleine à bosse dont la colonne vertébrale aurait été brisée par une collision avec un navire, a traversé le Pacifique nord depuis la Colombie-Britannique jusqu'à Hawaii à la seule force de ses nageoires pectorales.

Publié le 10/12/2022 à 16:42 - Mise à jour le 10/12/2022 à 16:44
Lecture < 1 min.

Moon, une baleine à bosse dont la colonne vertébrale aurait été brisée par une collision avec un navire, a traversé le Pacifique nord depuis la Colombie-Britannique jusqu'à Hawaii à la seule force de ses nageoires pectorales.

Selon une information de La Presse Canadienne, une baleine à bosse aurait traversé le Pacifique nord depuis les côtes canadiennes jusqu’à Hawaii, environ 4800 km plus loin, malgré une grave blessure à la colonne vertébrale. Moon avait été repérée en octobre près des côtes de Colombie-Britannique par la société B-C Whales avec la queue déformé en S, probablement en raison d’une collision avec un grand navire.

Elle a été de nouveau photographiée par les chercheurs américains de la Pacific Whale Foundation près de l’île de Maui le 1er décembre. Ne pouvant se servir de sa queue comme moyen de propulsion, Moon aurait donc effectué le trajet jusqu’à l’archipel hawaiien au moyen de ses seules nageoires pectorales en quelques semaines.

Cet exploit ne doit cependant pas masquer le sort tragique de la courageuse baleine. Mme Wray, fondatrice de B-C Whales a indiqué l’agence de presse canadienne que Moon ne survivrait probablement pas longtemps à cette migration et que la baleine “souffrait beaucoup”. Connue par sa société d’observation des cétacés depuis 2020, bien avant sa blessure, la baleine est apparue sur les dernières photographies en très mauvais état.

« Elle est très probablement née à Hawaii et sa mère aurait migré avec elle vers l’aire d’alimentation de la Colombie-Britannique lorsqu’elle était un baleineau et cette tradition et cette connaissance se sont simplement transmises » a expliqué Mme Wray, pour qui la baleine a entrepris cette traversée dangereuse et très douloureuse pour des raisons “de tradition et de culture”. “Cela a dû lui prendre toutes ses forces” a-t-elle ajouté.

La chercheuse espère que l’abnégation de Moon alertera sur les dangers que représentent les collisions avec les navires, y compris plaisanciers, pour les cétacés.