vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Un moustique génétiquement modifié pour éradiquer le zika

Publié le

Publié le 07/08/2016 à 11:59 - Mise à jour le 07/08/2016 à 11:59
Lecture 2 minutes

Mis au point par la société britannique Oxitec, le moustique génétiquement modifié, OX513A est à l’origine un moustique mâle, Aedes aegypti, vecteurs de maladies virales chez les humains comme le zika, la dengue, la fièvre jaune ou le chikungunya.  Selon Oxitec, le moustique OX513A, une fois libéré dans la nature, s’accouplerait avec les femelles, et toutes les larves nées de cet accouplement mourraient rapidement, réduisant ainsi la population des moustiques. « Des essais de performance au Brésil, au Panama et dans les Iles Caïmans ont appliqué cette approche, et dans chacun de ces essais, la population d’Aedes aegyti a été réduite de plus de 90%, un niveau exceptionnel de contrôle par rapport aux méthodes conventionnelles comme les insecticides », a fait valoir Oxitec dans un communiqué.

L’avis  de la FDA ne signifie pas que ce moustique OGM a reçu une approbation immédiate pour sa commercialisation, « Oxitec a la responsabilité de s’assurer que toutes les autres exigences locales, au niveau des Etats et au niveau fédéral sont remplies avant de mener le champ d’essais proposé » précise la FDA. Si , l’agence américaine du médicament s’avance sur l’innocuité du moustique OX513A sur l’environnement, celle-ci n’émet pas pour autant d’avis sur son efficacité.

Dernièrement, en 2015, un  lâcher de OX513A a eu lieu au Brésil, où 1.5 million de personnes sont infectées par le virus. Pour certains , ces moustiques génétiquement modifiés pourraient être la cause de l’épidémie du virus Zika qui sévit actuellement au Brésil et dans d’autres parties de l’Amérique du Sud et Centrale. Il est à noter qu’Oxitec qui souhaite faire des essais aux USA dans les Florida Keys se heurte à une forte opposition.
 

Rédaction web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu