fbpx
jeudi 27 février 2020
A VOIR

|

Un an après l’attentat, Nice illumine la Promenade des Anglais et n’oublie rien

Publié le

Publié le 13/07/2017 à 10:07 - Mise à jour le 13/07/2017 à 10:07
Lecture 3 minutes

Sur la Promenade des Anglais, livrée au silence depuis le matin et pavoisée de drapeaux tricolores, des milliers de personnes sont venues se recueillir, couvrant plus de 22 livres d’or de messages de condoléances après les heures dramatiques qui avaient endeuillé la ville suite au traditionnel feu d’artifice du 14 juillet 2016.

Mon dieu, c’est fou, ça me donne le frisson“, soupire Françoise. Des yeux, elle suit les 86 ballons blancs qui s’élèvent dans le ciel noir et scintillent plusieurs minutes dans la nuit, comme un feu d’artifice au ralenti. 

Insouciante et gaie au passage des avions de la patrouille de France pendant le défilé militaire, l’ambiance a pris une coloration funèbre en fin d’après-midi, à la lecture du nom des 86 victimes tuées et de leur âge, de 2 à 92 ans.

La mâchoire serrée, chacun a écouté, immobile au pied d’un écran géant, installé pour la foule à quelques centaines de mètres de la tribune officielle réservée aux familles en deuil, entourées des élus et du chef de l’Etat. 

Au nom de l’association des victimes Promenade des Anges, Pauline Murris, a évoqué le camion qui “a foncé dans la foule et déchiré la France“. “Les dieux des uns et les étoiles des autres n’ont rien à voir là-dedans”, a dit cette jeune femme qui a perdu une cousine dans le drame. 

Tandis qu’elle suggère le pardon, un homme essuie ses larmes, des couples se soutiennent, des têtes s’inclinent. 
Hakim Djaoued, 43 ans, est avec deux jeunes enfants. “Pour leur expliquer ce qui s’est passé“, dit-il et parce qu’“il faut être solidaire avec les victimes, même de façon indirecte”. Venue “par solidarité avec les familles endeuillées“, Florence, 64 ans, souffle: “Ca aurait pu être nous“. Elle était au feu d’artifice l’an dernier.

Dévoilée depuis le ciel, la devise française “Liberté Égalité Fraternité” est apparue en lettres monumentales bleu-blanc-rouge, composée de 12.000 tuiles déposées une à une par des anonymes sur le trottoir, à quelques centaines de mètres du lieu du massacre. 

La mairie, qui travaille depuis un an à la résurrection touristique de la ville, avait vu les choses en grand pour cette journée hommage, démarrée dès jeudi soir par une grand messe solennelle à la cathédrale, en présence des représentants de tous les cultes. Une grande partie du centre-ville était piéton, la sécurité maximum.

Les fleuristes de Nice s’étaient cotisés pour distribuer des roses blanches. Sur un sommet de l’Himalaya, une expédition organisée par des proches de victimes a déposé 86 galets peints par des écoliers. 

Des télévisions du monde entier étaient là et au micro, un homme en T-shirt jaune a lâché: “Voir des enfants morts, c’est insoutenable!“, en désignant la chaussée qui était il y a un an jonchée de corps mutilés.

Nous n’oublierons jamais cette barbarie monstrueuse“, a assuré lors de la cérémonie officielle le maire de Nice Christian Estrosi, avant que le chef de l’Etat ne promette à son tour de ne pas abandonner les victimes, qu’il s’agisse de l’aide matérielle comme du “devoir de clarté” concernant le dispositif de sécurité déployé le soir de l’attentat et jugé laxiste par beaucoup.

Rédaction web avec AFP

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X