samedi 21 mai 2022
A VOIR

|

Ukraine : un tir russe a touché une “unité” de la centrale nucléaire de Zaporijjia

Publié le

Un bombardement russe a touché vendredi la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe dans le centre de l'Ukraine, déclenchant un incendie et atteignant l'une de ses unités, a affirmé vendredi le porte-parole de cette centrale.

Publié le 03/03/2022 à 15:19 - Mise à jour le 03/03/2022 à 15:21
Lecture < 1 min.

Un bombardement russe a touché vendredi la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe dans le centre de l'Ukraine, déclenchant un incendie et atteignant l'une de ses unités, a affirmé vendredi le porte-parole de cette centrale.

“Suite à un bombardement des forces russes sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, un incendie s’est déclaré”, a indiqué ce porte-parole, Andreï Touz, dans une vidéo publiée sur le compte Telegram de la centrale. 

“Les pompiers ne peuvent pas atteindre le lieu du feu et l’éteindre. Les tirs tombent très près. La première unité électrique de la centrale a déjà été touchée. Arrêtez ça !”, a-t-il poursuivi dans une autre vidéo.

Sur Twitter, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmitri Kouleba, a appelé à la fin des tirs. 

Si ça explose, ce sera 10 fois pire que Tchernobyl ! Les Russes doivent IMMEDIATEMENT cesser le feu, laisser passer les pompiers et permettre un périmètre de sécurité”, a-t-il écrit.

Plus tôt jeudi, l’Ukraine a indiqué à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) que de chars et de fantassins russes se trouvaient près de la ville d’Enerhodar, à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Zaporijjia.

Lancée en 1985, pendant l’URSS, la centrale nucléaire de Zaporijjia compte six réacteurs et fournit une grande partie de l’énergie du pays.

Dans un communiqué jeudi, le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, a demandé que cesse immédiatement tout usage de la force à Enerhodar et près de la centrale.

Il a déclaré que l’AIEA poursuivait ses consultations avec Kiev et d’autre acteurs pour fournir une assistance et assurer la sécurité des sites nucléaires ukrainiens.

Le 24 février, des combats avaient déjà eu lieu près de l’ancienne centrale de Tchernobyl, lieu du pire accident nucléaire de l’Histoire à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, et qui est désormais entre les mains des troupes russes.

infos coronavirus