Trump fustige un procès « très injuste » après avoir été reconnu coupable

Publié le

Au lendemain de son verdict historique de culpabilité à New York qui plonge la présidentielle américaine dans l'inconnu, Donald Trump a fustigé un procès "très injuste" depuis son gratte-ciel de Manhattan.

Publié le 31/05/2024 à 8:07 - Mise à jour le 31/05/2024 à 8:11

Au lendemain de son verdict historique de culpabilité à New York qui plonge la présidentielle américaine dans l'inconnu, Donald Trump a fustigé un procès "très injuste" depuis son gratte-ciel de Manhattan.

« Nous allons faire appel de cette arnaque« , a lancé celui qui souhaite regagner la Maison Blanche à l’issue du scrutin présidentiel de novembre, depuis sa Trump Tower, s’insurgeant contre une décision « injuste » et un procès truqué, sans avancer de preuves.

Dans un discours décousu de plus de 30 minutes, le milliardaire a par ailleurs accusé le président sortant Joe Biden et sa « bande« , d’être des « malades » et des « fascistes » responsables de ses déboires judiciaires, après avoir été reconnu coupable jeudi de l’ensemble des chefs d’accusation qui pesaient contre lui dans ce procès pénal, le premier d’un ex-président américain.

Donald Trump s’est montré « confus, désespéré et défait« , a asséné un porte-parole de campagne de Joe Biden à l’issue de ce discours. « Quiconque a regardé en tire une conclusion évidente: cet homme ne peut pas être président des Etats-Unis« , a déclaré Michael Tyler dans un communiqué.

« Il a d’abord mis en doute notre système électoral. Ensuite, il a mis en doute notre système judiciaire », avait commenté quelques minutes plus tôt Joe Biden sur X (anciennement Twitter), en partageant un appel aux dons pour sa campagne. Le président, qui était jeudi en famille à l’occasion de l’anniversaire de la mort de son fils aîné, n’avait jusqu’alors pas réagi au verdict de son prédécesseur et adversaire.

Donald Trump, lui, n’a pas perdu de temps et a immédiatement transformé son verdict en un argument de campagne. « Je suis un prisonnier politique« , clame-t-il dans un appel aux dons publié dans la foulée de la décision. Ce dernier a recueilli 34,8 millions de dollars de dons en quelques heures, selon sa campagne, soit « presque le double de la journée la plus importante jamais enregistrée » sur la plateforme.

« Le vrai verdict aura lieu le 5 novembre, par le peuple américain« , avait par ailleurs assuré Donald Trump jeudi dans les couloirs du tribunal. A l’étranger, certains dirigeants ont affiché leur soutien à Donald Trump, comme le vice-Premier ministre italien d’extrême droite Matteo Salvini qui a dénoncé un « harcèlement judiciaire » et un « procès politique« . Le Kremlin, par la voix de son porte-parole Dmitri Peskov, a lui dénoncé une « élimination des adversaires politiques » aux Etats-Unis. En déplacement à Prague, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a assuré que ces accusations de Moscou n’étaient que le « reflet » du propre comportement russe en la matière.

 Historique

Si le verdict de culpabilité de Donald Trump est historique, cela ne l’empêche pas de concourir pour l’élection présidentielle, et son impact sur le scrutin reste difficile à prédire.

Jusqu’ici, les sondages donnent Joe Biden au coude-à-coude avec Donald Trump, voire le démocrate distancé dans certains Etats stratégiques.

Et ce verdict « ne va probablement pas faire bouger beaucoup de votes« , prédit Keith Gaddie, politologue à l’université TCU au Texas. Mais pour des scrutins « particulièrement serrés, cela pourrait faire basculer les choses d’un côté à l’autre« .

Reste que Donald Trump a prouvé, au cours des dernières années, sa résistance aux épreuves qui auraient détruit la carrière politique de beaucoup: mis en accusation à deux reprises devant la Congrès et inculpé dans quatre affaires pénales, dont celle de New York, il s’est toutefois largement et rapidement imposé lors des primaires comme le candidat des républicains pour l’élection de novembre.

Et l’affaire Stormy Daniels, qui était considérée comme la moins menaçante pour lui, sera très probablement la seule jugée avant le scrutin. Privé de campagne sur le terrain pour assister aux audiences, Donald Trump a tout de même tenté d’en tirer un profit médiatique en prenant la parole plusieurs fois par jour en dehors de la salle d’audience, flanqué de ses enfants ou d’élus républicains venus le soutenir.

Mais cette séquence judiciaire pourrait également profiter à Joe Biden, qui compte bien renforcer son image de dirigeant sérieux, occupé aux plus hautes affaires de l’Etat pendant que son rival enchaîne les rendez-vous judiciaires.

Le président doit ainsi s’exprimer vendredi après-midi sur la situation au Moyen-Orient. Et le prononcé de la peine de Donald Trump tombera le 11 juillet prochain, coïncidant avec un sommet de l’Otan à Washington, une occasion pour Joe Biden de marquer le contraste avec son rival.

Dernières news

Activer le son Couper le son