vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Tourisme en Outre-mer : « expérimentation très rapidement » pour alléger la quatorzaine

Publié le

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a confirmé samedi la volonté du gouvernement de mettre en place "une expérimentation" pour alléger la quatorzaine actuellement obligatoire pour tous les arrivants en Outre-mer, afin de favoriser le tourisme.

Publié le 31/05/2020 à 9:21 - Mise à jour le 31/05/2020 à 9:21
Lecture 2 minutes

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a confirmé samedi la volonté du gouvernement de mettre en place "une expérimentation" pour alléger la quatorzaine actuellement obligatoire pour tous les arrivants en Outre-mer, afin de favoriser le tourisme.

À ce stade, le protocole n’est « pas encore validé par le conseil scientifique » et il manque pour l’instant « une base juridique », a-t-elle reconnu.

« Nous allons mettre en place très rapidement les conditions d’une expérimentation » sur les territoires volontaires, avec « un protocole qui va impliquer » un test covid dans les 48 heures précédant l’embarquement, puis « réalisation d’une septaine à l’arrivée sur le territoire », a-t-elle précisé.

Un nouveau test PCR réalisé alors « permettra, si la personne est négative, d’adapter les mesures de la deuxième septaine, avec des restrictions moindres, et des déplacements avec quelques interdits », a détaillé la ministre, interrogée par la délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale.

Mais ce dispositif, « souhaité par de nombreux élus et acteurs socio-économiques », « n’est pas encore validé par le conseil scientifique », qui assiste le gouvernement dans la crise sanitaire, a souligné Mme Girardin.

De plus, il faut qu’un décret puisse imposer l’obligation d’un test préalable à l’embarquement, « une base juridique que nous n’avons pas aujourd’hui ».

Le Premier ministre avait évoqué cette expérimentation jeudi lors de la présentation de la deuxième phase du déconfinement.  

La ministre a aussi reconnu que la quatorzaine était « un drame » pour le secteur touristique ultramarin. « Oui, ce drame je l’entends », car « si on reste sur la quatorzaine, nous n’aurons pas de touristes cet été » en Outre-mer, a-t-elle insisté. 

« J’accompagnerai cette dynamique, mais le premier frein aujourd’hui n’est pas » du côté du gouvernement, « il est davantage dans les territoires », a-t-elle ajouté.

Selon Mme Girardin, « il faut qu’on travaille sur la confiance des populations », leur « donner confiance sur les capacités sanitaires locales à gérer » le virus, pour « sauver les meubles », en matière touristique, avec notamment le tourisme affinitaire (auprès de connaissances ou de proches), a-t-elle insisté.

Une partie de la population d’outre-mer s’inquiète de l’arrivée potentielle de touristes cet été dans des territoires parfois fragiles sur le plan sanitaire. 

Enfin, interrogée à plusieurs reprises sur un rapport commandé par Bercy préconisant la suppression de l’octroi de mer, une taxe locale sur les importations, spécifique aux Outre-mer et principale ressource financière des communes,  la ministre a rassuré : « ce n’est pas le moment d’ouvrir ce chantier, ce n’est certainement pas une urgence pour moi cette année ».

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un centre aquatique à Papeete en projet

Dans le cadre de la candidature de la Polynésie française à l’organisation des Jeux du Pacifique 2027, il est envisagé la construction d’un Centre aquatique de la Polynésie française, sur un terrain à Papeete où se situe l’actuel complexe sportif de l’AS Aorai, qui appartiennent à la Mission catholique de Tahiti.

Un projet d’aménagement pour le port de pêche de...

Le plan de réaménagement du port de pêche prend forme. Devant la majorité des professionnels du secteur, le vice-président Teva Rohfritsch et ministre de l’équipement René Temeharo, ont présenté les premiers esquisses de ce projet qui doit permettre d’optimiser les réseaux et fluidifier la circulation dans cette zone où l’activité n’a eu de cesse de se développer en 30 ans d’existence.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV